Pays-Bas : l'extrême droite battue aux élections législatives

Aux Pays-Bas, la déferlante populiste annoncée par les sondages n'a pas eu lieu hier, mercredi 15 mars. Le parti xénophobe et europhobe de Geert Wilders est largement battu par le Premier ministre même s'il progresse.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Aux Pays-Bas, ambiance triomphale et grand sourire cette nuit du mercredi 15 mars au jeudi 16 mars au siège du Parti libéral. Marke Rutte a beau avoir perdu huit sièges, il limite la casse et termine en tête soulagé. "C'est la nuit où les Pays-Bas, après le Brexit, après les élections américaines, ont dit stop à cette mauvaise forme de populisme", a déclaré le Premier ministre. Le leader du Parti populaire libéral et démocrate dépasse largement l'europhobe et xénophobe Geert Wilders qui gagne néanmoins cinq sièges. "Nous sommes l'un des vainqueurs de cette élection même si j'aurais préféré devenir le plus grand parti", a assuré le président du PVV.

Le Premier ministre a évité la déroute annoncée

Dans les rues de La Haye, ce jeudi 16 mars au matin, beaucoup semblaient soulagés par ce résultat. "Je pense que c'est vraiment bien, on a montré qu'on était pas du côté des populistes", explique un jeune homme. "Je pense que beaucoup de gens ont voté, non pas pour sauver le gouvernement, mais pour empêcher un changement qui serait vraiment néfaste", ajoute une femme. De rares Néerlandais manifestaient quand même leur déception ce matin. Si le Premier ministre a évité la déroute annoncée, la partie est loin d'être gagnée pour lui. Avec seulement 33 sièges sur 150 au Parlement, il va devoir trouver une majorité en s'alliant avec plusieurs partis, trois voire même quatre. Cela va prendre plusieurs mois avant qu'il n'arrive à constituer un nouveau gouvernement.

Le JT
Les autres sujets du JT
(YVES HERMAN / POOL)