Musique. "Lamomali" de -M-, un projet pour "remonter les vibrations"

Le chanteur et guitariste Matthieu Chedid assouvit sur "Lamomali", sorti vendredi, un fantasme : monter un projet avec des musiciens maliens, au premier rang desquels Toumani Diabaté et son fils Sidiki, tous deux maîtres de la kora, un instrument mythique et sacré.

La pochette de \"Lamomali\", signée du photographe JR
La pochette de "Lamomali", signée du photographe JR (JR)
avatar
Yann BertrandRadio France

Mis à jour le
publié le

C'est un projet collectif à part, pas véritablement un hommage, mais plutôt une création spéciale que propose Matthieu Chedid. Rien n'était écrit, jure-t-il, mais son amour pour le Mali - qui transpire déjà dans son travail depuis longtemps - devait bien, depuis qu'il l'a découvert il y a plus de dix ans, déboucher sur un album.

Lamomali est donc cette déclaration à un instrument, la kora, merveille harmonique de vingt-et-une cordes fixées sur une calebasse, instrument mythique, sacré et tutélaire au Mali, et la conséquence d'une amitié avec l'un de ses maîtres, Toumani Diabaté. Son fils, Sidiki, est venu se greffer sur l'aventure, eux deux fiers représentants d'une longue lignée de maîtres de la kora.

Toumani m'a dit : 'S'il te plaît, ne sois pas si respectueux et fais du -M-'

Matthieu Chedid

Matthieu Chedid : "Je ressens cette âme malienne qui fait qu'il y a un avant et un après, quand on touche à ce pays-là"
--'--
--'--
L'aventure se vit ici à plusieurs, avec la chanteuse malienne Fatoumata Diawara mais aussi des proches, Oxmo Puccino, Ibrahim Maalouf, Louis Chedid ou Youssou N'Dour, entre autres. Lamomali est un projet qui s'assume simplement pop, plein d'une énergie naïve, une infime part de la richesse exceptionnelle de la musique malienne. C'est une porte d'entrée qu'a voulu construire -M- avec ce projet qui lui tenait à coeur.

"Lamomali", l'aventure malienne de -M-
--'--
--'--

-M- (avec Toumani Diabaté), Lamomali (Wagram Music). Album disponible. En concert du 1er au 3 juin aux Nuits de Fourvière (Lyon), puis du 9 au 11 juin à la Salle Pleyel (Paris).