Mali : la prise d'otages de Bamako a fait 27 morts, l'état d'urgence décrété pendant 10 jours

Le groupe jihadiste Al-Mourabitoune a revendiqué l'attaque de l'hôtel Radisson, situé au centre de la capitale malienne, vendredi. 

Un otage évacué de l\'hôtel Radisson Blu par les forces de sécurité maliennes, à Bamako, le 20 novembre 2015. 
Un otage évacué de l'hôtel Radisson Blu par les forces de sécurité maliennes, à Bamako, le 20 novembre 2015.  (HABIBOU KOUYATE / ANADOLU AGENCY / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

"La prise d'otages à l'hôtel Radisson de Bamako est terminée", indique une source militaire auprès de l'AFP, vendredi 20 novembre.sur TF1, le ministre dela Défense Jean-Yves Le Drian a annoncé qu'à sa connaissance, il n'y avait pas de victime françaises. 

 Le président Malien annonce que l'attaque a fait 21 morts, selon Reuters. D'autres sources évoquaient le chiffre d'au moins 27 morts, dont trois assaillant . Le gouvernement malien a annoncé avoir décrété un deuil national de trois jours et l'état d'urgence pour 10 jours à compter de vendredi minuit.

Un Belge et un Américain figurent parmi les victimes. Un ressortissant belge, employé au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, figure parmi les morts, a fait savoir son employeur. Un ressortissant américain a également été tué, selon le département d'Etat.

 Pas de Français parmi les victimes à ce stade. La compagnie Air France a confirmé que ses 12 membres d'équipage à Bamako avaient été exfiltrés et se trouvaient en sécurité. Aucun Français ne figure à ce stade au nombre des victimes identifiées, a déclaré le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian. 

L'attentat revendiqué par le groupe jihadiste Al-Mourabitoune. Al Mourabitoune est né en 2013 de la fusion du Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) et des Signataires par le sang, groupe dirigé par l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, donné pour mort.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MALI

23h56 : Le gouvernement malien décrète l'état d'urgence pour dix jours sur l'ensemble du pays après l'attaque terroriste meurtrière contre un hôtel de luxe de la capitale Bamako aujourd'hui.

23h36 : @anonyme : Le groupe jihadiste Al Mourabitoune est lié à Al Qaïda. Il est né en 2013 de la fusion du Mujao, le Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest, et des Signataires par le sang, un groupe dirigé par l'Algérien Mokhtar Belmokhtar. Ce jihadiste, né en 1972 en Algérie, a été donné mort plusieurs fois. Il est depuis des années une des figures clés de l'insurrection djihadiste en Afrique du Nord et dans la région du Sahara.

23h32 : Bonsoir, c'est quoi Al Mourabitoune ? Des Algériens ?

23h24 : @anonyme : Non. Selon le ministre de la Défense, aucun Français ne figure pour l'instant au nombre des victimes identifiées de l'attaque d'un grand hôtel de Bamako par des islamistes armés. Une vingtaine de Français se trouvaient dans l'établissement, d'après Jean-Yves Le Drian. Ils ont été mis en sécurité à l'ambassade de France. Des hommes du GIGN sont sur place "pour parer à toute éventualité".

23h22 : Il y a eu des victimes françaises ?

23h13 : @anonyme : Vous nous posez cette question après l'attaque terroriste contre un hôtel de Bamako. La Minusma est la mission de l'ONU dépêchée au Mali depuis 2013. Elle est mandatée pour veiller à l'application de l'accord de paix signé entre le gouvernement et la rébellion à dominante touareg. Cette force de maintien de la paix compte près de 10 000 casques bleus.

23h12 : Qu'est ce que la mission Minusma ?

21h41 : L'information est confirmée. Le groupe jihadiste Al-Mourabitoune revendique la prise d'otages qui a fait au moins 27 morts dans l'hôtel Radisson à Bamako. La chaîne de télévision qatarie Al Jazira a reçu un message audio de revendication.

21h04 : @anonyme : A notre connaissance, aucun terroriste n'a été arrêté. Le dernier bilan est d'au moins trois terroristes tués ou qui se sont fait exploser. Et leur nombre total ne dépassait pas quatre, selon une source militaire malienne de l'AFP.

21h03 : Y a-t-il des terroristes pris vivants à Bamako ?

21h02 : On ne connaît toujours pas les nationalités des victimes de l'attaque terroriste contre l'hôtel de Bamako. La recherche des corps d'éventuelles autres victimes se poursuit ce soir.

20h59 : Le bilan de l'attaque terroriste à l'hôtel Radisson Blu de Bamako est revu à la hausse par une source militaire malienne. Au moins 27 clients et employés de l'hôtel sont morts dans l'assaut et la prise d'otages.

20h34 : Pour le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar est "sans doute à l'origine de cet attentat" contre l'hôtel Radisson Blu de Bamako.

20h27 : "A ma connaissance, à cet instant, il n'y aurait pas de Français, mais je reste très prudent, l'assaut s'est terminé il y a à peine une heure et donc on n'a pas pu encore identifier l'ensemble des victimes."

Le ministre de la Défense le déclare ce soir sur TF1 après la prise d'otages dans un hôtel de Bamako.

20h17 : Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, apporte des précisions sur le rôle que va jouer le GIGN à Bamako. Le groupe d'élite de la gendarmerie nationale est arrivé ce soir dans la capitale malienne "pour parer à toute éventualité".

20h11 : Il n'y a pas de Français parmi les victimes de la prise d'otages à l'hôtel Radisson Blu de Bamako, selon le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

18h51 : @adc : D'après les informations dont nous disposons à ce stade, seules des forces spéciales françaises venues de Ouagadougou, au Burkina Faso voisin, sont passées à l'action à l'intérieur de l'hôtel, en appui des forces maliennes. Le GIGN n'était pas encore arrivé sur place.

18h38 : Le GIGN est il finalement intervenu ?

18h33 : @adc : Une quarantaine de gendarmes du GIGN ont été déployés pour soutenir les forces maliennes, lors de la prise d'otages de l'hôtel Radisson de Bamako. Mon collègue Kocila Makdeche a interrogé Christian Prouteau, le fondateur du GIGN, sur leur rôle. Il lui a expliqué que "le GIGN est au Mali pour préparer, entraîner et équiper très rapidement les forces du pays".

18h25 : Pourquoi le GIGN a t il été envoyé a Bamako?

18h19 : Au moins 22 personnes sont mortes au cours de l'attaque contre l'hôtel Radisson de Bamako, selon des sources de sécurité maliennes de l'AFP.

17h59 : Voici également des images de l'évacuation des otages par la police malienne.

(ORTM / REUTERS)

17h56 : Voici la déclaration du colonel Salif Traoré, ministre de la Sécurité intérieure, sur la prise d'otages qui s'est terminée à Bamako. Les preneurs d'otages sont toujours "confinés à un niveau" de l'hôtel Radisson.


(ORTM)

17h40 : Des Casques bleus sur place, cités par Reuters, disent avoir vu 27 corps dans l'hôtel, mais ce bilan n'a pas été confirmé par les sources officielles.

17h36 : La prise d'otage est terminée, déclare une source militaire malienne à l'AFP.

17h36 : Les assaillants de l'hôtel de Bamako "n'ont plus actuellement d'otage entre leurs mains", annonce le ministre de la Sécurité intérieure malien.

17h17 : Voici quelques images des otages libérés plus tôt par les forces de sécurité malienne.










(AFP / HABIBOU KOUYATE / MOUSSA BOLLY)

17h13 : Selon l'AFP, qui cite une "source militaire malienne", deux assaillants de l'hôtel Radisson de Bamako ont été tués.

16h46 : Un conseiller du ministre de la Sécurité malien a affirmé sur BFMTV que les assaillants de l'hôtel de Bamako ne détiennent plus d'otages. Ils seraient toujours retranchés. Des informations qui n'ont pas encore été confirmées.

16h44 : Un haut fonctionnaire belge fait partie des victimes, selon le parlement de la communauté francophone de Belgique, qui était son employeur.

16h33 : Selon l'AFP, qui cite des sources de sécurité étrangères, 18 corps ont été retrouvés à l'hôtel Radisson de Bamako.

16h26 : Selon l'AFP, qui cite le ministère de la Défense, les soldats d'élite français présents sur le site de la prise d'otages de Bamako sont venus du Burkina Faso, voisin du Mali. Ils sont en place depuis 14 heures, heure française.

16h06 : Selon Reuters, le groupe jihadiste Al-Mourabitoun a revendiqué sur Twitter l'attaque de l'hôtel de Bamako, mais cette revendication n'a pas été authentifiée. Al-Mourabitoun, dirigé par Mokhtar Belmokhtar, avait déjà revendiqué l'attaque d'un restaurant à Bamako en mars, et affirme être affilié à Al-Qaïda.

16h03 : Des personnes annoncent que al-quaida est a la base de la prise d'otage a Bamako, est-ce vérifié ?

15h59 : Selon un reporter de Paris Match, les forces françaises présentes sur le site de la prise d'otages, au Radisson de Bamako, sont au Mali dans le cadre de l'opération Barkhane lancée l'an dernier. Il ne s'agit donc pas, pour le moment, du GIGN (même si des forces du GIGN sont en route). Sur Twitter, Jean-Yves Le Drian reste vague.

15h52 : La télévision malienne diffuse des images de l'assaut des forces maliennes sur le Radisson de Bamako, où une prise d'otages est toujours en cours.


(ORTM TELEVISION MALIENNE)

15h36 : On ignore s'il s'agit des agents du GIGN envoyés ce matin ou d'autres membres des forces spéciales. Les membres du GIGN devaient, selon nos informations, arriver plus tardivement au Mali. Nous tentons d'obtenir plus de précisions.

15h35 : Des forces spéciales françaises sont présentes au Radisson de Bamako depuis 13 heures, annonce le ministère de la Défense.

15h32 : Alors que le GIGN français est en route pour intervenir à Bamako, le Pentagone a annoncé que des forces spéciales américaines portaient assistance aux forces maliennes. Elles aident à sécuriser les civils, pendant que les forces maliennes interviennent dans l'hôtel.

15h32 : @anonyme C'est effectivement un peu confus, et la situation ne permet pas d'établir un décompte précis. La télévision malienne annonçait tout à l'heure qu'environ 80 personnes avaient été libérées. Mais le ministre de la Sécurité malien était moins catégorique, évoquant une trentaine de personnes libérées par les forces spéciales. Certains clients ont également pu s'échapper. Depuis, la compagnie hôtelière Radisson a affirmé que 138 personnes étaient toujours dans l'hôtel.

15h31 : J'ai du mal a suivre, on parle de 80 otages relachés pourtant il y a toujours 138 personnes en otages?

14h56 : Reuters, qui cite un témoin, affirme que des échanges de tirs intenses ont été entendus à l'hôtel Radisson, où l'assaut pour libérer les otages est toujours en cours.

14h51 : La compagnie hôtelière a mis en place un numéro pour les Français qui souhaiteraient avoir des informations sur leurs proches : 0 800 940 164.

14h51 : 125 clients et 13 employés sont toujours à l'intérieur de l'hôtel, précise Radisson. Une prise d'otage est toujours en cours.