Un soldat français patrouille dans le massif de l'Adrar des Ifoghas (Mali), le 1er mars 2013.
Un soldat français patrouille dans le massif de l'Adrar des Ifoghas (Mali), le 1er mars 2013. (GHISLAIN MARIETTE / ECPAD / AFP)

Au lendemain de la mort d'un quatrième soldat français dans l'opération au Mali et alors que le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, est en visite surprise sur le front malien, l'état-major des armées communique sur les pertes infligées à l'ennemi. L'armée française a tué plus de 150 islamistes ces derniers jours dans les combats dans le nord du pays.

Plus d'une centaine de combattants islamistes ont été tués par les forces françaises depuis le début, mi-février, des combats qui les ont opposés au cœur du massif de l’Adrar des Ifoghas, dans le nord-est du pays. Selon l'état-major des armées, une cinquantaine de jihadistes ont par ailleurs été tués dans la même période dans la région de Gao, dans le nord du pays, où un soldat français est mort mercredi, lors d'une patrouille conjointe avec l'armée malienne.

Un jihadiste Français fait prisonnier, selon "Libération"

Ces derniers jours, les Français ont repris le contrôle du sanctuaire d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) : la vallée d'Ametettai. A l'issue des combats, un Français combattant au sein des groupes jihadistes y a été fait prisonnier, selon les informations de Libération. Une première depuis le début de l’opération Serval, le 11 janvier. Ni son identité ni son parcours n’ont été précisés. Les soldats français poursuivent jeudi le ratissage de cette vallée.

Le bilan des islamistes tués est réalisé à partir du nombre de corps dénombrés par les soldats français. L'état-major ne comptabilise pas les victimes des frappes aériennes, difficiles à évaluer. Ce bilan ne tient pas non plus compte des pertes infligées aux islamistes par les quelque 800 soldats tchadiens qui se battent au côté des Français et opéraient dans l'est d'Ametettai. Les Tchadiens affirment avoir également tué une centaine de jihadistes et ont eux-mêmes perdu plus de 25 soldats.