Mali : le retrait des troupes françaises a commencé

D'ici juillet, les effectifs français de l'opération Serval devraient passer de 4 000 à 2 000 hommes.

Des soldats français dans le massif des Ifoghas (Mali), le 17 mars 2013.
Des soldats français dans le massif des Ifoghas (Mali), le 17 mars 2013. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les premières unités de l'armée française, soit une centaine d'hommes, ont quitté le Mali lundi, a annoncé mardi 9 avril l'état-major français. Ce désengagement marque le début du retrait des troupes françaises.

Il est légèrement anticipé : le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, évoquait en mars "la fin du mois d'avril" comme date de début des opérations de retrait, après l'avoir envisagé dès le mois de mars. D'ici juillet, les effectifs français de l'opération Serval devraient passer de 4 000 à 2 000 hommes.

Les soldats désengagés lundi ont atterri à Paphos, à Chypre, où ils doivent passer trois jours, avant de regagner la France. Ils appartiennent à des unités parachutistes qui étaient déployées dans la région de Tessalit, dans le nord-est du Mali, où ont eu lieu de violents combats entre fin-février et début mars.

La traque des islamistes continue

Dans le nord du Mali, un millier d'hommes sont engagés depuis dimanche dans une vaste opération, l'une des plus importantes en termes d'effectifs depuis le début du conflit. Ils traquent les jihadistes qui pourraient se cacher dans une vallée, au nord de la ville de Gao. Ils sont épaulés par plusieurs dizaines de blindés, des hélicoptères, de l'artillerie, des drones et de l'aviation. L'opération, baptisée "Gustav", a débuté dimanche à l'aube et devrait encore durer plusieurs jours. Ils ont déjà trouvé et neutralisé environ 340 obus et roquettes de gros calibre, comme l'expliquent les envoyés spéciaux de France 2, Gérard Grizbec et Tristan Lebras.

Voir la vidéo
France 2 - Gérard Grizbec et Tristan Lebras