François Hollande, lors d'une conférence de presse, le 6 mars 2013 à Varsovie (Pologne).
François Hollande, lors d'une conférence de presse, le 6 mars 2013 à Varsovie (Pologne). (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

Le ministre des Affaires étrangères avait évoqué le mois de mars. Ce sera finalement "à partir du mois d'avril" que le retrait des soldats français engagés au Mali débutera, a annoncé François Hollande, mercredi 6 mars. Le chef de l'Etat a fait cette déclaration lors d'une conférence de presse à Varsovie, en Pologne, où il est en voyage, alors qu'un quatrième militaire français a été tué

La "phase ultime" de l'intervention française au Mali "va durer encore tout le mois de mars et, à partir du mois d'avril, il y aura une diminution du nombre de soldats français au Mali dès lors que les forces africaines seront en relais, appuyées par des Européens", a déclaré le président de la République. 

 

(Francetv info )

"Des chefs terroristes anéantis"

Le chef de l'Etat a également souligné que la "phase ultime" de l'engagement français au Mali était "la plus difficile" car elle met les militaires "en contact avec les groupes terroristes eux-mêmes".

Sans donner de noms, le chef de l'Etat a ensuite indiqué que des "chefs terroristes [avaient] été anéantis" lors d'une offensive menée dans le nord-est du Mali. Son homologue tchadien, Idriss Deby, affirme que ses militaires ont tué Abou Zeid et Mokhtar Belmokhtar, la semaine dernière dans le massif des Ifoghas.