Cash Investigation, France 2

Vente de systèmes de surveillance à la Libye : découvrez l'affaire Amesys en BD, avec "Cash Investigation"

Francetv info publie les bonnes feuilles de la bande dessinée Grandes oreilles et bras cassés, de Jean-Marc Manach et Nicoby, consacrée à l'affaire Amesys, une société française soupçonnée d'avoir vendu à la Libye de Kadhafi du matériel pour traquer ses opposants. 

Couverture de la bande dessinée "Grandes oreilles et bras cassés", de Manach et Nicoby, publiée chez Futuropolis.
Couverture de la bande dessinée "Grandes oreilles et bras cassés", de Manach et Nicoby, publiée chez Futuropolis. ( DR )

Mis à jour le , publié le

En septembre 2011, Nicolas Sarkozy était acclamé à Benghazi par une foule venue le remercier d'avoir contribué à libérer la Libye du joug de Kadhafi. Quinze jours plus tôt, une journaliste du Wall Street Journal avait réussi à entrer dans le QG déserté du centre de surveillance et d'espionnage des services secrets libyens. Il avait photographié un document qui montrerait que le lieu a été conçu et installé par une entreprise française, Amesys.

Dans le cadre du rapprochement entre la France et la Libye voulu par Nicolas Sarkozy quelques années auparavant, Ziad Takieddine, le sulfureux intermédiaire franco-libanais, aurait en effet vendu à Abdallah Senoussi, beau-frère de Kadhafi et chef des services de renseignement libyens, un système de "surveillance de masse" de l'internet, "à l'échelle d'un pays". Senoussi avait pourtant été condamné à la réclusion à perpétuité par la justice française pour son implication dans le plus grave attentat terroriste qui ait jamais visé la France, l'attentat du DC-10 d'UTA, qui avait fait 170 morts, dont 54 Français, en 1989.

Des systèmes espions qui portent des noms de bonbons

Le journaliste Jean-Marc Manach, coauteur du documentaire de "Cash Investigation" Le business de la peur, a enquêté sur cette affaire. Il a aussi découvert que la directrice de la communication du marchand d'armes de surveillance numérique n'était autre que la fille du ministre de la Défense de Nicolas Sarkozy, que l'équipe qui avait installé le système espion s'en était vanté sur le web, sans se cacher, et qu'ils avaient même été jusqu'à donner, comme noms de code de leurs systèmes espions, des... noms de bonbons.

En mode fiction, cette histoire n'aurait jamais été jugée crédible. Sauf que tout est vrai. La Revue Dessinée avait proposé à Jean-Marc Manach d'en faire un reportage, Futuropolis lui a demandé d'y consacrer une BD, en y racontant aussi ce que les révélations d'Edward Snowden, ou encore le projet de loi sur le renseignement, avait changé en matière de "surveillance de masse" des télécommunications.

Grandes oreilles & bras cassés, par Jean-Marc Manach et Nicoby by jmanach