Les Etats-Unis et la Russie annoncent un cessez-le-feu en Syrie à partir du 27 février

Un accord de cessez-le-feu doit entrer en vigueur le 27 février à minuit, heure de Damas, selon un communiqué commun publié par les Etats-Unis et la Russie. L'accord ne concerne pas Daech et le Front Al-Nosra. Le régime de Bachar al-Assad a annoncé dans un même temps la tenue d'élections législatives le 13 avril.

(Des soldats de l'opposition syrienne au groupe Etat islamique et à Bachar al-Assad © Rodi Said/Reuters)
Radio France

Mis à jour le
publié le

La Russie et les Etats-Unis sont tombés d'accord. Ils ont annoncé ce lundi un cessez-le-feu pour le 27 février à minuit en Syrie. Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, s'était dit confiant ce week-end sur la signature d'un tel accord. Toutes les parties impliquées dans le conflit ont jusqu'au 26 février, 12h, pour adhérer au texte. Mais les Etats-Unis et la Russie ont d'ores et déjà précisé qu'il ne concernait pas le groupe Etat islamique et le Front Al-Nosra. 

L'opposition syrienne a été la première à réagir positivement à cet accord, par la voix du Haut comité des négociations (HCN) qui réunit plusieurs groupes rebelles. Mais le HCN fixe des conditions au respect du cessez-le-feu: la levée des sièges des villes syriennes, la libération des prisonniers, l'arrêt des bombardements sur les civils et la livraison d'aide humanitaire.

"Un signe d'espoir pour la population syrienne"

Le président russe, Vladimir Poutine, indique qu'il "fera le nécessaire " pour convaincre Damas. De son côté, la France déclare qu'elle veillera à la mise en œuvre "de bonne foi par toutes les parties concernées" de cet accord. 

C'est "un signe d'espoir" , salue le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. Il souhaite que tout le monde respecte le texte, même s'il admet qu'"il reste beaucoup de travail pour l'appliquer" . Un cessez-le-feu est pour lui un premier pas pour une reprise des négociations sur l'avenir de la Syrie. L'opposition et le gouvernement syrien n'avaient pas trouvé de terrain d'entente mi-février à Genève. 

Le régime de Damas annonce des élections législatives pour le 13 avril

Dans un même temps, l’agence officielle Sana annonçait que des élections législatives se tiendront le 13 avril. Selon Sana, cette annonce a été faite dans un décret du président Bachar al-Assad fixant le nombre de sièges alloués à chacune des provinces du pays. Pour Hasni Habidi, enseignant à l’université de Genève et directeur du centre de recherche sur le monde arabe à Genève interrogé sur France Info, le cessez-le-feu en Syrie est "une percée diplomatique importante, la première depuis le début de la crise". Pour l’universitaire, Washington et Moscou offrent suffisamment de garanties pour un accord viable.

Les élections ne sont pas une bonne nouvelle pour les Syriens

Américains et Russes signent également le retour en force du régime de Bachar al-Assad, un acteur "incontournable" désormais pour Hasni Habidi. "Ce n’est pas une bonne nouvelle pour les Syriens ",  a-t-il estimé, après l’annonce d’élections législatives dans le pays :  "c’est une manière de dire : après les succès militaires viennent les éventuels succès politiques ". L'ONU avait préconisé un gouvernement d’union nationale en vue d’un départ de Bachar al-Assad.