"Si votre ramage se rapporte à votre plumage, vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois." Ce célèbre vers de Jean de La Fontaine aurait pu être écrit à l'ère des dinosaures. Et plus particulièrement pour un petit spécimen de l'espèce datant de 130 millions d'années, dont les couleurs flamboyantes du plumage ont été révélées vendredi 9 mars par une équipe sino-américaine de paléontologues dans la revue Science.

Cette découverte est une première et montre que ce trait jouait un rôle clé pour la séduction tôt dans l'évolution des espèces. Les plumes de ce microraptor à quatre ailes gros comme un pigeon avaient des reflets noirs et bleutés comme celles d'un corbeau.

Fossile mis au jour en 2003

Il se nourrissait d'insectes et vivait dans les arbres de ce qui est aujourd'hui le nord-est de la Chine. Il s'agit du premier dinosaure dont les scientifiques ont pu reconstituer cette caractéristique de son plumage à partir d'un fossile mis au jour en 2003.

"Les oiseaux modernes se servent de leurs plumes colorées pour beaucoup de choses allant de la thermorégulation, au camouflage, en passant par la séduction", explique Matt Shawkey, professeur de biologie à l'Université d'Akron (Ohio, Nord), qui a également participé à l'étude.

Des signaux visuels

Selon lui, cette découverte montre que "l'iridescence des couleurs était déjà importante pour la séduction relativement tôt dans l'évolution". Le paléontologue souligne également l'importance du fossile de ce microraptor qui représente "très clairement une transition entre les dinosaures et les oiseaux dont il a beaucoup de traits morphologiques".

Mark Norell, président de la section paléontologie du Musée américain d'Histoire naturelle, se félicite : "Non seulement nous avons pu déterminer la couleur de cet animal mais aussi le fait que ce microraptor, à l'instar de nombreux oiseaux modernes, se servait de la couleur de ses plumes pour donner des signaux visuels aux autres membres de son espèce."