Le Japon devra cesser la chasse à la baleine dans l'Antarctique

C'est ce qui ressort de la décision annoncée ce lundi par la Cour internationale de Justice de La Haye. La CIJ avait été saisie par l'Australie qui accusait le Japon de pratiquer une chasse commerciale sous couvert de recherches scientifiques.

(Mathieu Belanger Reuters)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Dans l'arrêt rendu ce lundi, la Cour internationale de Justice de La Haye, "ordonne au Japon de révoquer tout permis, autorisation ou licence déjà délivré pour mettre à mort, capturer ou traiter des baleines" et de "s'abstenir d'accorder tout nouveau permis". Elle indique aussi qu'elle n'a pas jugé nécessaire de d'exiger du Japon "qu'il s'abstienne d'autoriser ou de pratiquer la moindre activité de chasse à la baleine au titre d'un permis spécial qui ne serait pas menée en vue de recherches scientifiques puisque tous les Etats parties sont déjà soumis à cette obligation."

Chasse à la baleine : ce n'était pas des "recherches scientifiques"

A l'origine de ce jugement, l'Australie, qui avait accusé le Japon de "faire porter à la chasse commerciale la blouse blanche de la science". Autrement dit de profiter des dérogations prévues par le programme Jarpa II pour faire une chasse commerciale, la chair des baleines se retrouvant dans les marchés. Mais les permis spéciaux n'ont pas été "délivrés en vue de recherches scientifiques" ont estimé douze des seize juges.

Selon Canberra, le Japon a chassé plus de 10.000 baleines entre 1987 et 2009, principalement des petits rorquals. 

Cette décision est donc applaudie par les écologistes et notamment par Sea Shepherd qui harcèlent les baleiniers japonais depuis des mois.

L'arrêt de la CIJ sur la chasse à la baleine publié par France_Info.fr