Des passionnés retrouvent la première sonde sur Mars, perdue depuis 1971

Des Russes pensent avoir identifié les débris de Mars 3, envoyée par l'Union soviétique en 1971, sur des images prises par la Nasa.

Les clichés pris par la mission Mars Reconnaissance Orbiter de la Nasa, sur le cratère Ptolémée de Mars, le 10 mars 2013.
Les clichés pris par la mission Mars Reconnaissance Orbiter de la Nasa, sur le cratère Ptolémée de Mars, le 10 mars 2013. (NASA / JPL-CALTECH / UNIVERSITY OF ARIZONA)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

La gloire de Mars 3, première sonde spatiale à avoir atterri avec succès sur la surface de Mars, en 1971, a été de courte durée. La sonde soviétique, prise dans une tempête de poussière martienne, a cessé d'émettre moins de 15 secondes après son atterrissage. Et n'a plus donné signe de vie.

Mais des passionnés d'espace pensent l'avoir retrouvée : ils ont repéré ce qui ressemble fort à des vestiges de Mars 3 sur des clichés pris par la Nasa, explique l'agence spatiale américaine dans un communiqué diffusé jeudi 11 avril.

Quatre pièces de la sonde identifiées

La mission américaine Mars Reconnaissance Orbiter, qui photographie depuis 2006 la surface de la planète rouge, a notamment immortalisé le cratère de Ptolémée. Cette formation minérale est le lieu supposé d'atterissage de Mars 3. Les clichés sont d'une résolution telle qu'il faudrait "2 500 écrans d'ordinateur pour voir l'image entière à sa pleine résolution", explique la Nasa. Mais les débris éventuels y sont tout de même minuscules.

Pour les localiser, Vitali Egorov, basé à Saint-Pétersbourg (Russie) et fan d'espace, a fait appel à toute une communauté d'internautes partageant sa passion. Images à l'appui, ils pensent avoir identifié quatre éléments de la sonde perdue : le parachute, le bouclier anti-chaleur, la rétrofusée et le module d'aterrissage portant la sonde.

Leur découverte est aujourd'hui validée par la Nasa : les responsables américains de Mars Reconnaissance Orbiter jugent très crédibles leurs conclusions, même si des "analyses supplémentaires" seront nécessaires pour les confirmer.