La "main de Dieu" photographiée dans l'espace

CG4 est un globule cométaire qui se situe à 1300 années-lumières de la Terre. 

Une image du globule cométaire CG4, publiée mercredi 28 janvier 2015. 
Une image du globule cométaire CG4, publiée mercredi 28 janvier 2015.  (HO / EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce sont des bouches géantes qui semblent avaler les étoiles dans l'immensité de l'univers. Appelés parfois "main de Dieu" ou "bouche du monstre", les globules cométaires sont "de petits nuages de gaz neutre et de poussière entourés de matière chaude et ionisée [qui] parsèment la Voie Lactée". Grâce au Très grand télescope (VLT) de l'Observatoire européen austral (ESO), de nouvelles images de l'une de ces formations, appelée CG4, nous sont parvenues sur terre mercredi 28 janvier. 

Connu depuis 1976, mais rarement observé, CG4 demeure un mystère pour les astronomes. Il se situe à quelque 1300 années-lumière de la Terre dans la constellation de la Poupe, précise l'ESO dans son communiqué.

 

Une image du globule cométaire CG4, publiée mercredi 28 janvier 2015. 
Une image du globule cométaire CG4, publiée mercredi 28 janvier 2015.  (HO / EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY / AFP)

Mystère autour de sa formation 

"La face avant de CG4, nettement visible sur cette image, évoque la tête d'un monstre – son diamètre est de 1,5 année-lumière", poursuit l'agence. "La queue du globule – qui s'étend bien au-delà des limites inférieures de l'image – avoisine les huit années-lumière. Les standards astronomiques permettent de l'assimiler à un nuage de modestes dimensions."

Modeste à l'échelle de l'univers, cette formation n'en est pas moins mystérieuse. En effet, "la raison pour laquelle CG4 et les autres globules cométaires sont dotés d'une forme si caractéristique fait aujourd'hui encore l'objet de débats au sein de la communauté des astronomes", explique l'ESO qui détaille les deux théories qui s'affrontent. "L'une suppose que les globules cométaires pourraient constituer les vestiges de nébuleuses sphériques dont le contenu matériel a été dispersé sous l'effet d'explosions de supernovae à relative proximité. L'autre théorie envisage la possibilité que la forme des globules cométaires résulte des vents stellaires et du rayonnement ionisant émis par des étoiles chaudes et massives de type OB (...)", explique-t-elle.