Le Japon redémarre un réacteur nucléaire arrêté depuis plus de cinq ans

Seuls deux réacteurs nucléaires fonctionnent actuellement dans le pays. Le redémarrage de l'unité 3 d'Itaka suscite la colère des écologistes et des riverains.

Le réacteur nucléaire n°3 de la centrale d\'Ikata (Japon), le 12 août 2016.
Le réacteur nucléaire n°3 de la centrale d'Ikata (Japon), le 12 août 2016. (JIJI PRESS / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un réacteur nucléaire arrêté depuis plus de cinq ans doit redémarrer au Japon, vendredi 12 août. "L'unité 3 d'Ikata (...) devrait commencer à générer du courant à partir de lundi 15", a expliqué la compagnie Shikoku Electric Power. L'exploitation de ce courant sur le réseau commercial ne débutera cependant qu'en septembre après d'ultimes contrôles.

Après l'accident de Fukushima, en mars 2011, le parc de réacteurs a été ramené de 54 à 42 unités. Mais à l'heure actuelle, seuls les réacteurs Sendai 1 et 2 fonctionnent. Le pays compense par l'exploitation de centrales thermiques et une petite augmentation de la part de l'électricité issue des énergies renouvelables. Les particuliers et entreprises essaient en outre d'utiliser des éclairages et équipements moins énergivores.

Colère des écologistes

Le redémarrage du réacteur d'Ikata suscite la colère des écologistes, qui estiment que les leçons de la catastrophe de Fukushima n'ont pas été tirées. La justice leur a en partie donné raison en ordonnant l'arrêt de deux unités (Takahama 3 et 4), qui avaient été réactivées en début d'année. En marge de cette annonce, des résidents se sont réunis pour scander des slogans hostiles au redémarrage du réacteur nucléaire.

Des militants anti-nucléaire manifestent leur mécontentement avec des banderoles, jeudi 11 août 2016, à Ikata (Japon).
Des militants anti-nucléaire manifestent leur mécontentement avec des banderoles, jeudi 11 août 2016, à Ikata (Japon). (RICHARD ATRERO DE GUZMAN / NURPHOTO / AFP)

La population, elle aussi, est en majorité opposée à la relance des réacteurs nucléaires, mais le mouvement d'opposition s'est essouflé. Le gouvernement de Shinzo Abe est favorable à leur redémarrage pour des raisons essentiellement économiques.