Fukushima

Japon : trois ans après Fukushima

F. Hollande s'est engagé pour avoir une justice indépendante. Merci Monsieur le Premier ministre. Dans l'actualité également, ces images d'un pays a l'arrêt. Les japonais ont commémoré tout à l'heure les trois ans du tsunami et de Fukushima. Face à l'océan Pacifique, ils sont venus se recueillir, et prier pour les disparus. Il y a 3 ans, à 14h46, un temblement de terre venait frapper cette région au nord-est du Japon. Quand les sirènes retentissent, le pays respecte une minute de silence. Dans les mémoires, restent gravées les images de la triple catastrophe. Ce 11 mars 2011, le séisme est d'une violence inouie, d'une magnitude 9 sur l'échelle de Richter. Une heure plus tard, il déclenche un tsunami dévasteur et provoque l'explosion de la centrale nucléaire de Fukushima. Trois ans, après, cette centrale est hors service, et son démantèlement prendra des années. Hier, des journalistes ont pu entrer sur le site pour constater l'avancée des travaux et tenter de rassurer le public. Ce qui préoccupe les autorités, c'est la contamination de l'eau et les fuites dans le sous-sol. Par peur de la radioactivité, de nombreuses villes aux alentours ont été désertées, comme Miyagi, à quelques kilomètres de la centrale. Il y avait 20.000 habitants et c'est aujourd'hui une ville fantôme. Ce sera toujours la ville de notre enfance, mais cet endroit n'est plus habitable. Je ne souhaite plus revenir vivre ici. A Tokyo ce matin, dans un message solennel, l'empereur Akihito s'est recueilli en souvenir des 20.000 disparus.

1234567