L'Italie va-t-elle enfin adopter définitivement son hymne national ?

L'hymne actuel a été adopté "provisoirement" en 1946 pour les besoins d'une cérémonie militaire, mais il n'a jamais été officialisé. Une proposition de loi vise à y remédier.

Le palais du Quirinale, siège de la présidence italienne, le 10 décembre 2016 à Rome.
Le palais du Quirinale, siège de la présidence italienne, le 10 décembre 2016 à Rome. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Bien sûr, il résonne à chaque événement officiel ou à chaque rencontre de la Nazionale. Mais le chant Fratelli d'Italia – ou Canto degli Italiani – n'est toujours pas officiellement l'hymne officiel italien. Adopté provisoirement en 1946, afin de célébrer une cérémonie des forces armées, il n'a jamais été entériné pour de bon dans la Constitution, explique en effet La Repubblica (en italien). Quelque 71 ans plus tard, toutefois, l'hymne de Goffredo Mameli pourrait être définitivement reconnu, à la faveur d'une proposition de loi examinée en commission des Affaires constitutionnelles, jeudi 6 juillet.

Pas la première tentative pour officialiser l'hymne

Le texte est présenté par les députés du Parti démocrate (gauche) Umberto D’Ottavio et de Fratelli d'Italia (extrême droite) Gaetano Nastri. Un autre élu, le centriste Gian Luigi Gigli, préfère prendre le contre-pried de ses homologues, en déposant deux textes : l'un pour abolir Fratelli d'Italia et l'autre pour proposer un concours national afin de choisir un nouvel hymne. Cette position a déjà été défendue les dernières années par quelques partis d'inspiration catholique, précise La Repubblica.

Ce n'est pas la première fois que l'Italie tente d'officialiser son hymne dans la loi, mais jusqu'ici, les trois précédentes tentatives ont toutes échoué. En 2012, la loi 222 a toutefois apporté une reconnaissance tacite de l'hymne par intérim, en prévoyant son enseignement dans les écoles du pays. En tout état de cause, la proposition de loi ne devrait pas être adoptée avant mars 2018. Mais après toutes ces années, les Italiens peuvent bien patienter encore quelques mois.