Comment la mafia italienne pourrit vos tomates

Dans son livre "L'Empire de l'or rouge : enquête mondiale sur la tomate d'industrie", le journaliste Jean-Baptiste Malet raconte comment la mafia a pris le contrôle du fruit.

Des ouvriers mettent des tomates à sécher, le 24 août 2014 à Korla, dans le Xinjiang (Chine).
Des ouvriers mettent des tomates à sécher, le 24 août 2014 à Korla, dans le Xinjiang (Chine). (DU BINGXUN / XINHUA / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est un business juteux, bien moins dangereux que le trafic de drogue. Dans le livre L'Empire de l'or rouge : enquête mondiale sur la tomate d'industrie (Fayard), le journaliste Jean-Baptiste Malet raconte comment la mafia italienne a investi l'industrie de la tomate. "Derrière ce produit banal se cache une violence extrême", explique l'auteur au Parisien.

Il s'est lancé dans cette enquête en apercevant en Provence des barils de concentré de tomates. "J’ai vu qu’ils venaient de Chine, ça m’a interloqué. Pourquoi les faire venir de si loin ?", explique-t-il à L'Obs. Les fruits viennent du Xinjiang, une région de l'extrême-ouest chinois, où de grands conglomérats tenus par des généraux de l'armée populaire les produisent et ou des enfants travaillent parfois dans les champs.

"Les consommateurs ne savent pas ce qu'ils mangent"

Conditionnés en barils, ils sont ensuite expédiés à l'étranger pour servir de base à la fabrication de ketchup et autres sauces tomate. En Italie, c'est la mafia qui détiendrait une grande partie de ce secteur. Leurs conserves, étiquetées "produites en Italie" et exemptées de droits de douane, sont ensuite revendues à bon prix. "Les consommateurs ne savent pas ce qu'ils mangent à cause des pratiques opaques des conserveries", dénonce le journaliste.

Même les tomates cultivées en Italie n'échappent pas à la mafia, notamment dans les Pouilles. "Le chiffre d'affaires dans l'agromafia est estimé à 15,4 milliards en 2014, rappelle Jean-Baptiste Malet. Il n'a jamais été aussi facile pour les entreprises criminelles de faire fructifier des capitaux sales".