Elections italiennes : Beppe Grillo, le comique devenu le troisième homme

Avant les législatives, qui se dérouleront le 24 et le 25 février, francetv info s'est intéressé à ce Coluche transalpin, crédité de 18% des intentions de vote.

Beppe Grillo, leader du Mouvement 5 étoiles, lors d'un meeting à Turin (Italie), le 16 février 2013.
Beppe Grillo, leader du Mouvement 5 étoiles, lors d'un meeting à Turin (Italie), le 16 février 2013. (GIORGIO PEROTTINO / REUTERS )
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il ne fait plus vraiment rire. L'humoriste Beppe Grillo et son parti Movimento 5 Stelle (Mouvement 5 étoiles, "M5S") ont réunion 19% des voix aux législatives italiennes, selon les premières estimations, lundi 25 février. Ils ont bouclé leur campagne vendredi soir en rassemblant "800 000 personnes", selon les organisateurs, dans le centre de Rome.

Comique, blogueur, acteur, grande gueule, Grillo, 64 ans, est un homme politique hors du commun. Qu’on le traite de démagogue ou qu’on le suive d’un meeting à l’autre, ce Coluche transalpin ne laisse personne indifférent. Comment un politicien amateur réussit-il à conquérir autant d'Italiens ? Francetv info s’est penché sur la question.

Parce que les Italiens se méfient de la classe politique

Un technocrate - Mario Monti - qui imposait des mesures d'austérité impopulaires, un ancien Premier ministre - Silvio Berlusconi - entaché de scandales, une gauche qui n'inspire pas confiance… Facile, pour Beppe Grillo, d'être un bon élève face à une telle concurrence. "Cette percée, selon la presse italienne, prouve que l'homme serait le grand bénéficiaire d'une défiance ambiante des citoyens à l'égard de la politique", analyse Courrier international, qui cite l’éditorialiste Eugenio Scalfari dans L’Espresso : "Il surfe sur la vague de l’antipolitique, lance ses hurlements rauques et ses insultes contre l'Etat, contre les partis, contre le Parlement, contre le président de la République."

Pour Giuliano Santoro, journaliste et auteur de l'ouvrage Un Grillo qualunque ("Un Grillo quelconque"), contacté par francetv info, le succès du Movimento 5 Stelle tient au personnage de Beppe Grillo et non au programme du parti : "J'oserais même avancer que la plupart des gens ne savent pas quel est le programme politique de son parti."

Et si son programme existe bel et bien, il ne propose que des mesures qui trouvent un écho favorable : créer un revenu minimum pour les chômeurs, abolir la taxe immobilière créée par Monti, éliminer les "privilèges" de la classe politique, sortir de l'euro… sans pour autant détailler leur financement. Pas question de ressembler à ses adversaires politiques et de déplaire au peuple.

Parce que son populisme dépasse le clivage droite-gauche

Devinette : quelle phrase Beppe Grillo n'a-t-il pas prononcée ? (Les liens ci-dessous sont en italien.)

- "Donner la nationalité italienne à ceux qui sont nés dans le pays, sans que leurs parents aient une nationalité italienne, n'a aucun sens."

- "L'immigration, c'est une bombe à retardement."

- "[Les Français] vont bombarder les Touaregs et les musulmans pour aider un gouvernement né d’un coup d’Etat au Mali, un pays riche en uranium et en or. Ils sont impérialistes. Et nous sommes contre tout type de guerre."

Réponse : il est l'auteur des trois phrases, alors que son côté contestataire le fait passer le plus souvent pour un candidat de l'extrême gauche, comme ici dans Paris Match"D'un côté il se positionne à l'extrême gauche, défendant un discours anti-impérialiste, anti-establishment et pacifiste, explique Giuliano Santoro. De l’autre, il s'attaque à l'immigration. On observe aussi que son discours change en fonction de la région où il le prononce."

Certains éléments de langage restent constants : sa critique de la "caste" politique au pouvoir et son positionnement proche des gens. Son discours repose sur une logique populiste, explique Gianluca Giansante, conseiller en communication et auteur de Le parole sono importanti ("Les mots sont importants") joint par francetv info : "C'est toujours nous, le peuple, contre eux, les hommes politiques." A cette accusation, Grillo répond vertement : "Ils disent que je suis populiste ? Je m’en branle !", rapporte Libération.

Parce qu’il excelle en communication sur le web

Au début, il y avait un blog. Créé un 2004, beppegrillo.it (lien en italien) est vite devenu le blog le plus visité en Italie et l'un des plus consultés dans le monde, selon le magazine Time (lien en anglais). Aujourd'hui, Grillo développe aussi ses points de vue sur les réseaux sociaux : il compte plus de 903 000 abonnés sur Twitter et plus d’un million sur Facebook (liens en italien). Il lance régulièrement sur le web des appels à manifester ou à assister à ses meetings.

Derrière cette stratégie 2.0 se cache Gianroberto Casaleggio, propriétaire d’une agence de marketing sur internet. Dans ce pays où le pouvoir politique passe par les médias traditionnels, Casaleggio a su trouver une brèche. "Sans internet, Beppe et moi n'aurions pu rien faire", a-t-il avoué au Guardian (lien en anglais), parlant d'une "nouvelle démocratie où la relation est directe entre élus et électeurs".

Ce n'est pas l'avis de Giuliano Santoro. Pour lui, "Grillo utilise internet comme il utiliserait la télévision, dans la logique d’une communication verticale. Il ne répond pas aux commentaires ou aux critiques. Et s'il n'apparaît pas sur les plateaux télévisés, c’est surtout parce qu’il n’a pas envie de discuter. Il n’a aucun problème avec les caméras quand c'est lui qui mène le jeu."

Parce qu’il utilise un langage simple

Quand il a créé la journée nationale de contestation en Italie, il l’a surnommée "Vaffanculo Day" (la "journée va-te-faire-foutre"). Il a traité le secrétaire national du Parti démocrate  de "zombie" et de "cadavre", le président de la République de "dépouille" et Silvio Berlusconi de "nain psychopathe", relate La Repubblica dans un article traduit par Courrier international.

"Il utilise la blague et l'ironie comme une arme politique. Ce n'est pas une nouveauté : en France, on avait Coluche, au Brésil en 2010 il y avait le clown Tiririca, élu à la Chambre des députés, explique le conseiller en communication Gianluca Giansante. Ses blagues ont pour objectif de faire perdre leur crédibilité à ses adversaires politiques."

De même, son langage familier - et parfois grossier - le rend plus proche du grand public. "Les Italiens aiment les termes simples qui les rassurent, ironise Giuliano Santoro. Le langage que les hommes politiques utilisent d’habitude, 'il politichese', est un jargon très soutenu mais difficile à comprendre, qui ne parle pas du tout aux gens. Comme Berlusconi, Grillo utilise un langage simple qui s'adresse à un vaste public : riches, pauvres, jeunes, âgés, diplômés ou non."

Parce qu'il ne se présente pas lui-même

"Nous ouvrirons le Parlement comme on ouvre une boîte de thon", proclame Beppe Grillo (lien en italien). Mais sans compter lui-même y entrer. L'humoriste dit servir une cause plus qu'un destin personnel et promeut d'autres candidats. La cause, c'est de "faire entrer le peuple au Parlement". Le peuple se trouve dans son Movimento, évolution du mouvement des Amis de Beppe Grillo, qui avait présenté des listes "citoyennes" aux élections de 2008.

Les futurs députés ont été élus en ligne par les adhérents du mouvement en décembre. Tous ceux qui s’étaient déjà présentés aux élections municipales ou régionales ont pu se porter candidats, à condition qu’ils n'aient pas été condamnés, ne soient pas inscrits dans un autre parti et qu’ils soient domiciliés dans la circonscription où ils sont candidats. Parmi les têtes de liste recensées sur le blog de Grillo, des cadres, des étudiants et une chômeuse, avec plus de femmes que d'hommes (17 sur 31 candidats).

Encore un point fort de sa communication : ces futurs députés ne semblent pas courir après l'argent. Sur le site du Movimento 5 Stelle, une bannière précise : "Nous ne touchons pas d’argent public.Dans le Guardian (en anglais), le conseiller web Gianroberto Casaleggio va plus loin : "Nos députés toucheront 5 000 euros par mois et rendront le reste", sachant que les parlementaires italiens touchent plus de 11 000 euros brut mensuels. Dans un pays gangrené par la crise et par la corruption, cette promesse fait mouche.