Présidentielle en Iran : l'économie au coeur du scrutin

Le président sortant Hassan Rohani se retrouve opposé à un ultra conservateur, Ebrahim Raisi. L'économie est au coeur du scrutin : en direct de Téhéran, Stéphanie Perez fait le point sur cet enjeu majeur pour le pays.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"On devrait connaitre les premières estimations demain dans la journée, voire même dimanche 21 mai car le dépouillement s'annonce très long", explique Stéphanie Perez en direct de Téhéran (Iran). "Ce qui est certain, c'est que cette élection s'est jouée sur le bilan économique du président Rohani. Les Iraniens attendaient beaucoup des retombées de l'accord sur le nucléaire signé il y a deux ans. Or, ses effets tardent à se faire sentir : le chômage reste très élevé , à 12%, et les investissements étrangers restent limités."

Les banques européennes restent frileuses

Dans le quartier chic de Téhéran, le Medef vient d'ouvrir un bureau pour aider les entreprises françaises qui souhaitent s'y installer. Mais le marché se révèle plus complexe que prévu. "Les entreprises européennes attendent en général de voir ce que sera la position de Donald Trump sur l'Iran, quel sera le résultat des élections iraniennes", explique Mathieu Etourneau, directeur du centre français des Affaires de Téhéran. Sans oublier une forte réticence des banques européennes à s'engager : les investissements étrangers tardent à venir.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des Iraniens votent à l\'élection présidentielle, le 19 mai 2017, à Téhéran, la capitale du pays. 
Des Iraniens votent à l'élection présidentielle, le 19 mai 2017, à Téhéran, la capitale du pays.  (BEHROUZ MEHRI / AFP)