Elections en Iran : poussée des modérés pro-Rohani, mais pas de majorité

Les réformateurs et leurs alliés modérés passent de 30 députés à au moins 95 dans la nouvelle assemblée.

Le ministre de l'Intérieur iranien, Abdolreza Rahmani Fazli, donne les résultats définitifs des élections législatives, le 29 février 2016.
Le ministre de l'Intérieur iranien, Abdolreza Rahmani Fazli, donne les résultats définitifs des élections législatives, le 29 février 2016. (FATEMEH BAHRAMI / ANADOLU AGENCY / AFP)

Mis à jour le , publié le

La poussée des réformateurs s'est confirmée. Selon les résultats définitifs, publiés lundi 29 février, les modérés soutenant le président iranien Hassan Rohani ont fortement progressé face aux conservateurs lors des élections législatives de vendredi. En revanche, aucun des deux camps n'a obtenu de majorité.

>>> Lire aussi : quatre bonnes raisons de vous intéresser aux élections en Iran

Les réformateurs triplent leur nombre de sièges

Sur 290 sièges, 103 sont occupés par des conservateurs ou proches, 95 par des réformateurs/modérés ou proches (Il faut ajouter quatre conservateurs modérés ayant été soutenus par les réformateurs)Les réformateurs n'avaient qu'une trentaine de députés – contre environ 200 aux conservateurs – dans le Parlement sortant. Avec leurs alliés modérés, ils en auront au moins trois fois plus dans la prochaine assemblée.

Le reste des sièges est tenu par des indépendants dont la tendance politique est encore inconnue. Un second tour sera organisé en avril pour pourvoir 69 sièges où aucun des candidats n'a récolté un nombre suffisant de voix pour pouvoir être élu au premier tour. Le président Rohani, un religieux modéré, espérait renforcer son camp au Parlement afin de poursuivre sa politique d'ouverture entamée avec l'accord sur le nucléaire conclu avec les grandes puissances en 2015.