Inde : asphyxiée par la pollution, New Delhi ferme ses écoles pour la semaine

La pollution s'insinue jusque dans le métro souterrain, dont les galeries sont enfumées.

Les épisodes de \"smog\" sont récurrents en automne et hiver à New Delhi, que l\'OMS avait classée en 2014 comme ville la plus polluée au monde.
Les épisodes de "smog" sont récurrents en automne et hiver à New Delhi, que l'OMS avait classée en 2014 comme ville la plus polluée au monde. (PRASHANTH VISHWANATHAN / BLOOMBERG CREATIVE PHOTOS / GETTY)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

New Delhi étouffe. La capitale indienne a ordonné mercredi 8 novembre la fermeture de toutes ses écoles jusqu'à la fin de la semaine afin de protéger les poumons des enfants dans l'effroyable épisode de pollution en cours.

"En raison de la détérioration de la qualité de l'air à Delhi, il ne peut y avoir de compromis avec la santé des enfants. Nous avons ordonné la fermeture de toutes les écoles de Delhi jusqu'à dimanche", a tweeté Manish Sisodia, vice-ministre en chef de la région de Delhi.

Charles et Camilla sont arrivés, mercredi, à New Delhi. L'occasion de constater que le brouillard de pollution est épais.

Voir la vidéo

La ville la plus polluée du monde en 2014

A 9 heures locales (4h30 à Paris), les différents compteurs placés dans la ville affichaient des niveaux dangereux de particules ultrafines (PM2,5), situés entre 400 et 700 microgrammes par mètre cube d'air. L'OMS recommande de ne pas dépasser 25 en moyenne journalière pour la santé. Ces particules parviennent en effet à s'infiltrer dans l'organisme et le sang, à travers les poumons, et accentuent les risques de maladies cardiovasculaires et de cancer. 

Dans les rues de la mégapole d'une vingtaine de millions d'habitants, certains piétons se protègent vainement de cet air toxique en se nouant un vêtement ou un chiffon sur le visage. La pollution s'insinue jusque dans le métro souterrain, dont les galeries sont enfumées.

Les épisodes de "smog" sont récurrents en automne comme en hiver à New Delhi, que l'OMS avait classée en 2014 comme ville la plus polluée au monde. Le froid et l'absence de vent plaquent au sol les émissions polluantes des véhicules, usines et centrales, les empêchant de se dissiper.