Le résultat des élections législatives de dimanche 17 juin en Grèce, qui pourrait décider de l'avenir du pays dans la zone euro, s'annonce très serré entre les conservateurs de Nouvelle Démocratie (ND) et la Coalition de la gauche radicale (Syriza).

Evalués à quelque 700 000, les indécis doivent départager la droite d'Antonis Samaras, qui se présente comme garante de l'ancrage du pays dans la zone euro, et la gauche radicale d'Alexis Tsipras, dressée contre l'austérité et les réformes imposées à la Grèce.

Ce scrutin est perçu par une partie de la population comme un référendum sur les termes du plan de sauvetage financier imposé à Athènes par l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) et qui s'est traduit par un accroissement de la pression fiscale, une hausse du chômage et une réduction parfois drastique des salaires. 

La Grèce retourne aux urnes le 17 juin 2012 pour renouveler son parlement. Le résultat de ces législatives s'annonce très serré. Il pourrait décider de l'avenir du pays dans la zone euro.
La Grèce retourne aux urnes le 17 juin 2012 pour renouveler son parlement. Le résultat de ces législatives s'annonce très serré. Il pourrait décider de l'avenir du pays dans la zone euro. (ANDREAS SOLARO / AFP)