Les Grecs ont voté dimanche 6 mai contre l'austérité, mais pas contre l'euro. Alors que trois leaders ont déjà été mandatés sans succès pour trouver un accord de gouvernement, le spectre d'une sortie de la Grèce de la zone euro ressurgit. Ce scénario permettrait au pays de dévaluer sa monnaie, mais risquerait de faire éclater la zone euro, dans laquelle 85% des habitants souhaitent d'ailleurs rester.

Le leader du parti conservateur Nouvelle Démocratie, Antonis Samaras (c), à sa sortie de la rencontre avec le leader du parti socialiste Pasok, Evangelos Venizelos (g), le 11 mai 2012 au parlement grec.
Le leader du parti conservateur Nouvelle Démocratie, Antonis Samaras (c), à sa sortie de la rencontre avec le leader du parti socialiste Pasok, Evangelos Venizelos (g), le 11 mai 2012 au parlement grec. (LOUISA GOULIAMAKI / AFP)