Grèce : les milliardaires fuient le fisc de Tsipras

En cinq ans, les Grecs plus pauvres ont vu leurs revenus baisser de 80%, contre 15 à 20% pour les plus aisés. Comble de l'ironie, les plus riches échappent souvent à l'impôt. L'enquête de Julien Duperray, de France 2. 

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Jusqu'à présent, les grandes fortunes grecques, notamment les armateurs, prospéraient en Grèce, exonérations d'impôt à l'appui. Mais l'arrivée de la gauche au pouvoir a fait fuir bon nombre d'entre eux : 35 millions d'euros de capitaux auraient déjà fui le pays depuis le début de l'année.

"Dans les marinas d'Athènes, des centaines de yachts attendent leurs riches propriétaires, qui arrivent tous les week-ends dans leurs berlines rutilantes", relate Julien Duperray, journaliste de France 2 sur place ce mardi 2 juin. Parmi eux, un couple s'apprête à "rejoindre des amis sur l'île de Syros", dans les Cyclades. Sur son bateau de 30 mètres doté de huit cabines, l'épouse "préfère ne pas en dire plus" devant les caméras. Depuis l'arrivée de la gauche radicale d'Alexis Tsipras à la tête du gouvernement, les très riches évitent de se faire remarquer.

Les produits de luxe bientôt taxés ?

Œuvres d'art, immobilier… les impôts auraient tout de même augmenté de 10% ces dernières années, selon l'armateur Nicolas Vernicos. Riches et pauvres, tous les Grecs ont vu leurs impôts augmenter. "Mais pas avec les mêmes conséquences", conclut le reporter du 20 Heures de France 2. En cinq ans, les plus pauvres ont vu leurs revenus chuter de 80 %, contre 15 à 20% seulement pour les plus aisés. Le gouvernement entend prendre de nouvelles mesures prochainement, comme une taxe sur les produits de luxe.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, avant un conseil européen à Bruxelles (Belgique), le 19 mars 2015.
Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, avant un conseil européen à Bruxelles (Belgique), le 19 mars 2015. (JOHN THYS / AFP)