En Grèce, la France vient chercher de nouveaux contrats

Les 14 aéroports régionaux ont été vendus pour 1,23 milliard d'euros aux Allemands.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

François Hollande n'est pas venu seul en Grèce. Dans ses valises, il a emporté cinq ministres. Le pays est à vendre et des affaires sont à saisir. La journaliste précise qu'une partie du port du Pirée est déjà vendue à la Chine ainsi que 14 aéroports régionaux aux Allemands pour un montant d'1,23 milliard d'euros.
Des plages ont été cédées à des investisseurs turcs et arabes pour un montant de 450 millions d'euros.

La France intéressée

Pour rembourser les créanciers, ces ventes ne sont pas suffisantes. La Grèce doit vendre plus. Reste à vendre : les routes et les autoroutes, un gros marché qui intéresserait le géant Vinci. Les chemins de fer sont aussi à céder. Les Français sont à la traine, quatrième seulement des investissements en Grèce, mais ils sont optimistes. Des investisseurs en position de force, le pays s'est engagé à retirer 50 milliards d'euros de ses privatisations.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président français, François Hollande arrive à l\'aéroport d\'Athènes (Grèce), pour une visite offielle de deux jours. Il est accueilli par le Premier ministre grec Aléxis Tsipras, le 22 octobre 2015.
Le président français, François Hollande arrive à l'aéroport d'Athènes (Grèce), pour une visite offielle de deux jours. Il est accueilli par le Premier ministre grec Aléxis Tsipras, le 22 octobre 2015. (ANGELOS TZORTZINIS / AFP)