L'agence de notation financière Standard and Poor's voit "au moins une chance sur trois" que la Grèce sorte de la zone euro, dans un rapport publié lundi 4 juin. Mais l'agence ne considère "pas pour l'instant qu'un retrait grec aurait automatiquement des conséquences négatives permanentes pour les perspectives d'autres pays périphériques de rester membres de la zone euro".

"Il y a un risque que le gouvernement issu des élections du 17 juin prochain soit opposé à la mise en oeuvre du programme de la Troïka", indique S&P. "Parallèlement, la non-conformité aux conditions du programme pourrait entraîner la cessation des versements à la Grèce", poursuit l'agence. 

Une telle interruption "conduirait probablement à un nouveau défaut de la Grèce selon nos critères". "Selon nous, une sortie de la zone euro résulterait d'une décision politique grecque. La Banque centrale européenne a cependant le pouvoir de refuser les actifs apportés en garantie par la Grèce si celle-ci rejetait le programme de l'Union européenne et du Fonds monétaire international", explique Standard and Poor's.