Nouvel an et alcool au volant : seulement un tiers des Français qui ont prévu de boire ont pensé à une solution de retour

Selon une enquête des associations Prévention routière et Attitude Prévention dévoilée jeudi, seul un tiers des Français a prévu une disposition particulière pour son retour de soirée du réveillon du nouvel an.

Pour bien finir le soirée du réveillon, mieux vaut dormir sur place ou désigner un \"Sam capitaine de soirée\" qui ne boira pas et ramènera les autres.
Pour bien finir le soirée du réveillon, mieux vaut dormir sur place ou désigner un "Sam capitaine de soirée" qui ne boira pas et ramènera les autres. (PIB / MAXPPP)
avatar
franceinfoCécile MimautRadio France

Mis à jour le
publié le

Alors que 9 Français sur 10 consommeront de l’alcool et que près de 1 sur 2 sera concerné par la question de l’alcool et de la conduite dans la nuit du 31 décembre, seul un tiers (38%) a prévu une disposition particulière pour son retour de soirée du réveillon du nouvel an. C'est ce que révèle une enquête des associations Prévention routière et Attitude Prévention dévoilée jeudi 29 décembre. Parmi les solutions envisagées, dormir sur place apparaît comme la meilleure option pour 70 % des sondés alors que désigner un "Sam capitaine de soirée", qui ne boira pas et ramènera les autres, est plébiscité à 66%.

Les fausses bonnes idées

Mais la solution privilégiée par les Français (70%) consiste à attendre pour reprendre le volant, alors même que plus de la moitié d’entre eux ignorent le temps nécessaire pour éliminer un verre d’alcool, soit 1 à 2 heures qu'il faut multiplier par le nombre de verres consommés. La solution intermédiaire consistant à ne boire qu'un ou deux verres est plébiscitée par 67 % de ceux qui ont prévu une disposition particulière pour leur retour de soirée du nouvel an. Mais attention, là encore, elle reste peu fiable et nécessite de contrôler son taux l'alcoolémie avant de démarrer le moteur.

Tous responsables

Depuis décembre, Prévention Routière et Attitude Prévention se mobilisent au travers d’une grande campagne de sensibilisation (#BienRentrer, Mode d’emploi) pour inciter les automobilistes à prévoir leur solution de retour pour les réveillons. 

Selon l'étude menée par les deux associations, 34% de l'ensemble des Français interrogés reconnaissent avoir déjà vu une personne reprendre le volant en pensant qu’elle avait trop bu lors d’un réveillon. C'est pourquoi, la campagne s'adresse "à la fois à ceux qui se déplacent mais aussi à ceux qui les accueillent", souligne le président de l'association Attitude Prévention, Patrick Jacquot, sur franceinfo. Cette année le réveillon tombe un week-end, "une période par nature à risques" sur la route. Autre facteur aggravant, la météo pourrait être plutôt mauvaise "avec du froid et potentiellement du verglas", ajoute Patrick Jacquot.

Reportage jeudi lors d'une action de prévention menée par Prévention Routière et Attitude Prévention à la sortie du métro dans le 2e arrondissement de Paris. Benjamin Illy
--'--
--'--