Face à une Russie inquiète, Poutine distribue les certitudes et veut rassurer

Alors que François Hollande se plie ce soir sur France 2 à un nouvel exercice télévisuel incluant une séance de questions-réponses avec les Français, en Russie, Vladimir Poutine a lui aussi répondu ce jeudi aux questions de milliers d'anonymes lors d'un grand show télévisé. Le président russe maîtrise parfaitement l'exercice, bien balisé par le Kremlin.

(Europe : faut-il parler avec la Russie ? © MaxPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le décryptage de Marc Crépin, correspondant de France info à Moscou
--'--
--'--

Au total, 3,5 millions de questions ont été envoyées par SMS, téléphone ou via les réseaux sociaux aux responsables de l'émission qui travaillent très étroitement avec le Kremlin. Vladimir Poutine se prête à ce jeu de questions/réponses tous les ans. Il est parfaitement à l’aise. À chaque fois qu’il prend la parole, il se veut convaincant :

"Nous n’avons pas de problème avec les peuples, mais avec certains de leurs dirigeants."

Tantôt économiste, lorsqu’on se plaint de l’inflation de 13 % actuellement dans le pays. Tantôt patron du BTP lorsqu’on lui parle des autoroutes et des routes dans un état déplorable. Le président russe promet des grands travaux partout pour construire et réparer. Beaucoup de questions aussi sur la vie quotidienne car les prix de l’alimentation ont quasiment doublé depuis deux ans. Les Russes l’interrogent aussi sur les médicaments encore presque tous d’origine occidentale.

Et puis l’international. Peut-on vivre en se fâchant avec tous ses voisins ? L’Ukraine, la Turquie, les Pays Baltes… Réponse du président russe un peu gêné cette fois : "Nous n’avons pas de problème avec les peuples, mais avec certains de leurs dirigeants."

Panama papers : des informations fiables admet Poutine

Vladimir Poutine est aussi revenu sur les révélations des Panama Papers. Il a admis que ces informations étaient vraies, mais assuré qu’elles ne révélaient rien d’illégal, parlant de "provocations" des Etats-Unis qui seraient selon lui derrière ces fuites. Vladimir Poutine a notamment défendu le violoncelliste russe Sergueï Roldouguine, un ami d'enfance, dont le nom apparaît dans les Panama papers.

Le président russe habile aussi face aux questions a priori embarrassantes comme celle formulée par une jeune Russe de 12 ans qui lui demande à qui il tendrait la main d'abord si Porochenko et Erdogan (les présidents ukrainien et turc) se noyaient ? Réponse : "Si quelqu’un veut vraiment se noyer, personne ne pourra le sauver.  Mais nous sommes prêts à tendre la main, la main de l'amitié, à nos partenaires qui le demandent".