Une journaliste belge victime d'attouchements en direct pendant le carnaval de Cologne

La ville de Cologne a enregistré vingt-deux plaintes pour insultes et agressions sexuelles pour la première journée du carnaval.

(? WOLFGANG RATTAY / REUTERS / X00227)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il ne fait toujours pas bon être une femme dans les rues de Cologne (Allemagne). Une journaliste belge en a fait l'amère expérience, jeudi 4 février, alors qu'elle intervenait en direct sur la RTBF pour l'ouverture du carnaval. La jeune femme a subi des attouchements et été la cible de gestes et de propos obscènes de la part de trois hommes, devant la caméra. La chaîne a annoncé avoir déposé plainte.

"Vous faites ça une fois, pas deux !"

Esmeralda Labye intervenait en duplex au sujet de l'ambiance au carnaval de Cologne, où le dispositif de sécurité a été renforcé après la vague d'agressions sexuelles de la nuit du Nouvel An. Avant de commencer son intervention, la journaliste "ne ressent aucun malaise ni impression que quelque chose de grave peut se produire", explique-t-elle dans un article sur le site de la RTBF.

Mais l'ambiance change quand elle commence son intervention. "Deux ou trois hommes monopolisent l'attention", mais Esmeralda Labye se concentre sur son direct. C'est alors qu'elle reçoit un baiser dans le cou. "Presque immédiatement, un jeune Allemand vient chanter dans mon oreille : 'Voulez-vous coucher avec moi ce soir ?'. Puis, je sens deux mains se poser sur mes épaules. Je perçois que la personne derrière moi mime un geste obscène". Des internautes publié la séquence sur YouTube.

Alors qu'elle rend l'antenne, la journaliste sent deux mains se poser sur sa poitrine. "A ce moment précis, je perds mon calme. Sachant le direct terminé, je me retourne et leur dis, en anglais : 'Vous faites ça une fois, pas deux ! Vous ne me touchez pas, vous ne me touchez pas'. Les trois imbibés ne semblent pas comprendre pourquoi je m'énerve, mais ils quittent les lieux sans un mot."

22 plaintes : un bilan "positif" selon la police

La mairie de Cologne a présenté ses excuses à la journaliste, qui a tenu a continuer son travail dans la journée. Choquée par cette agression, Esmeralda Labye évoque cependant un "emballement médiatique". "Je regrette que deux ou trois abrutis sans éducation et 'bourrés' aient terni une manifestation festive qui, dans l'ensemble, s'est bien déroulée", assure-t-elle.

La police allemande a indiqué, vendredi, avoir reçu vingt-deux plaintes pour insultes et agressions sexuelles, dont une pour viol, après la première journée du carnaval. Habituellement, on dénombre une cinquantaine de plaintes en une semaine de festivités. La police évoque pourtant un bilan "relativement positif", estimant que cette hausse est due à une propension plus élevée des victimes à se signaler, dans un contexte marqué par les événements du Nouvel An.