Agressions du Nouvel An à Cologne : la police enregistre désormais plus de 500 plaintes

La police allemande enregistre toujours plus de plaintes au fil des jours, après la soirée du Nouvel An. Elle a communiqué un nouveau bilan, dimanche 10 janvier, alors que cette affaire suscite l'émotion dans tout le pays.

Des fleurs ont été déposées sur l'esplanade devant la gare centrale de Cologne (Allgemagne), le 7 janvier 2016, là où des agressions sexuelles ont été commises la nuit du Nouvel An.
Des fleurs ont été déposées sur l'esplanade devant la gare centrale de Cologne (Allgemagne), le 7 janvier 2016, là où des agressions sexuelles ont été commises la nuit du Nouvel An. (OLIVER BERG / DPA / AFP)

Mis à jour le , publié le

La police locale enregistre désormais plus de 500 plaintes pour agressions, dimanche 10 janvier, après le réveillon du Nouvel An à Cologne (Allemagne). Ce bilan n'a cessé d'augmenter jour après jour, alors que l'affaire suscite une grande émotion dans le pays. Au total, 516 plaintes ont été déposées, dont environ 40% pour des faits d'agression sexuelle.

Dix-neuf personnes sont pour l'instant considérées comme suspectes, précise le communiqué de la police. Celle-ci précise avoir arrêté un Marocain de 19 ans, soupçonné de vol de portables.

Merkel durcit le ton contre les demandeurs d'asile condamnés

Le soir de la Saint-Sylvestre, la place centrale a été le théâtre d'attaques de la part d'hommes en bande, essentiellement à l'encontre de femmes. La police locale a précisé que les suspects étaient "en grande partie" des demandeurs d'asile ou des immigrants illégaux originaires de pays d'"Afrique du Nord".

> Allemagne : les violences de Cologne probablement planifiées, selon un ministre

Ces violences pourraient impliquer des réfugiés. Outre-Rhin, cette affaire a relanc&eacute le débat sur la politique d'accueil décidée par Angela Merkel, alors que le pays a vu affluer plus d'un million de demandeurs d'asile en 2015. La chancelière a durci le ton, samedi. Elle réclame que les demandeurs d'asile condamnés par la justice, même pour une peine avec sursis, perdent leur droit à rester en Allemagne.