Pour la première fois depuis près d'un quart de siècle, elle a pu se rendre en Europe. La dirigeante de l'opposition birmane Aung San Suu Kyi a reçu samedi à Oslo le prix Nobel de la paix qui lui avait été décerné en 1991, alors qu'elle était placée en résidence surveillée dans son pays. Entre 1989 et sa libération en 2010, l'égérie du mouvement démocratique birman a passé quinze années assignée à résidence à Rangoun.

Lors de son discours d'acceptation, elle a souligné qu'il y avait encore beaucoup de chemin à faire pour que les libertés politiques soient totalement respectées dans son pays. Aung San Suu Kyi est attendue du 26 au 29 juin à Paris à l'invitation du président François Hollande.

La dirigeante de l'opposition birmane Aung San Suu Kyi prononce un discours le 16 juin 2012 à Oslo (Norvège), où elle a reçu le prix Nobel de la Paix.
La dirigeante de l'opposition birmane Aung San Suu Kyi prononce un discours le 16 juin 2012 à Oslo (Norvège), où elle a reçu le prix Nobel de la Paix. (DANIEL SANNUM LAUTEN / REUTERS)