Changer d'heure et en finir avec les journées de travail interminables, c'est la proposition faite par des députés fin septembre en Espagne, mais difficile de bousculer les habitudes d'un pays à l'emploi du temps atypique en Europe. Pourtant, le rythme de "l'heure espagnole" aurait un impact négatif sur l'activité économique du pays et sur la santé de certains habitants.

Le quotidien d'un Espagnol au travail commence généralement vers 9 heures du matin, avant une pause à 14 heures pour aller manger jusqu'à 16 ou 17 heures pour recommencer et finir vers 20 heures. Cette manière de couper en deux la journée date de l'après-guerre où beaucoup cumulaient un emploi le matin, un autre l'après-midi, pour subvenir à leurs besoins.

Les Espagnols dorment une heure de moins

Il faut revenir à des "horaires rationnels" avec "huit heures pour travailler, huit heures pour se reposer et huit heures pour les activités diverses", plaide Ignacio Buqueras, président de la Commission nationale pour la rationalisation des horaires espagnols, dont le rapport a été approuvé le 26 septembre par une commission parlementaire. Son idée, révolutionnaire à première vue : reculer les aiguilles d'une heure pour s'aligner sur les Britanniques.

Car bien que située géographiquement, en grande partie, sur le fuseau du Portugal et du Royaume-Uni, l'Espagne est à l'heure de l'Europe centrale depuis 1942. "Le fait que l'Espagne ne soit pas, depuis plus de 71 ans, dans le fuseau horaire qui lui correspond nous fait nous lever trop tôt et dormir près d'une heure de moins que ce qui est recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS)", estime le rapport.

Un olan large de la ville de Barcelone en Espagne avec la Sagrada Familia au centre.
Un olan large de la ville de Barcelone en Espagne avec la Sagrada Familia au centre. ( FRANCE 2 / FRANCETV INFO)