13h15, France 2

VIDEO. "13h15". "Les agents illégaux, c'est le plat signature du renseignement soviétique", affirme un ancien du KGB

"Nous avons formé des dizaines d'agents illégaux absolument extraordinaires. Des dizaines…" affirme Igor Prelin, un ancien professeur d'une école du renseignement de l'ex-URSS. Ancien porte-parole du KGB, il a eu Vladimir Poutine comme élève. Extrait du magazine "13h15 le dimanche" du 18 juin.

Voir la vidéo
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Devenir personne, vivre les aventures d'un espion clandestin entré dans un pays étranger sous une fausse identité, c'est ce qui attend un "agent illégal", selon la formule du KGB. "Pour que vous compreniez bien, les agents illégaux, c'est le plat signature du renseignement soviétique. Le 'plat de la maison'…" affirme aujourd'hui Igor Prelin, un ancien professeur de l'Institut Andropov, une école du renseignement de l'ex-URSS.

"Nous avons formé des dizaines d'agents illégaux absolument extraordinaires. Des dizaines… On a aussi envoyé des couples à l'étranger qui se sont montrés extrêmement performants", précise-t-il. Il a notamment eu pour élève le jeune Vladimir Poutine, et a fini sa carrière comme porte-parole du KGB. Le retraité ajoute : "Maintenant, avec le moindre téléphone, n'importe quel écolier peut s'improviser espion, mais ça ne suffit pas. Le plus important est d'arriver à deviner les projets et les intentions, non seulement de ses adversaires, mais aussi de ses amis."  

Jack Barsky tient sa "légende"…

Lorsque le KGB a obtenu l'acte de naissance d'un enfant mort à Washington, l'agent est-allemand Albrecht Dittrich, devenu pour sa mission Jack Barsky, tient alors sa "légende", l'imposture qui le rendra crédible. Le contre-espionnage américain de l'époque n'a pas les moyens de démasquer la supercherie, mais un vol direct de Moscou à New York aurait éveillé la curiosité des douaniers…

L'agence de voyages du KGB fait tout pour brouiller les pistes quand il s'agit d'envoyer son agent illégal aux Etats-Unis. A Belgrade, il prend un train pour Rome, où on lui remet 10 000 dollars en cash et un passeport vierge de tampons soviétiques. Après deux semaines de correspondances aériennes, Barsky arrive à New York en octobre 1978. Ses missions : se faire une place dans la société américaine et tenter d'approcher Zbigniew Brzezinski, conseiller à la Sécurité nationale du président Jimmy Carter et adversaire farouche de l'Union soviétique…  

13H15 / FRANCE 2
13H15 / FRANCE 2 (CAPTURE ECRAN / 13H15 / FRANCE 2)