Victoire de Syriza, la classe politique française applaudit majoritairement

En France, les réactions à la victoire lors des élections législatives en Grèce du parti anti-austérité Syriza sont quasi unanimes. A gauche comme à droite.

(Scènes de joie à Athènes après la victoire de Syriza © MAXPPP)
Radio France

Mis à jour le
publié le

"Faire sauter le carcan"(Jean-Luc Mélenchon)

Jean-Luc Mélenchon a été l'un des premiers, sur BFMTV, à saluer la victoire du parti de gauche radicale Syriza lors des élections législatives en Grèce. "C'est une page nouvelle pour l'Europe. Peut-être que nous tenons l'occasion de refonder l'Europe, qui est devenue l'Europe fédérale des libéraux (…) "Les Grecs sont peut-être en train de faire sauter ce carcan et grâce à eux, peut-être qu'on va pouvoir remettre sur la table toutes les données qui nous rendent la vie infernale en Europe. Peut-être, oui, je le dis, c'est un moment historique."

"Un immense espoir nous saisit" (Pierre Laurent)

Le numéro un du PCF, Pierre Laurent, s'est dit "absolument ravi ". "Maintenant que la victoire semble extrêmement large, beaucoup plus large que ce qu'on pouvait imaginer, c'est un immense espoir qui nous saisit, un vrai bonheur pour le peuple grec, mais au-delà du bonheur pour nous tous en Europe ".

"Les vrais débats vont pouvoir prospérer" (Florian Philippot)

Le Front national a également salué cette victoire, Florian Philippot, vice-président du Front national évoque ainsi sur Twitter  "une belle espérance".

Victoire de Syriza : "C'est une victoire contre l'austérité" juge Florian Philippot
--'--
--'--

"Un peuple qui ne s'est pas tourné vers l'extrême-droite" (Emmanuelle Cosse)

La secrétaire nationale d'Europe Écologie-Les Verts, Emmanuelle Cosse, voit deux enseignements importants à cette victoire de Syriza : "Le peuple grec s'est exprimé et qu'il a préféré se tourner vers la gauche qui veut sortir de l'austérité. Surtout, c'est un peuple qui ne s'est pas tourné vers l'extrême-droite. Autre enseignement, l'échec des politiques menées par Angela Merkel et la troïka envers la Grèce qui a mis ce pays dans une situation très difficile. "

Victoire de Syriza : "Un peuple qui ne s'est pas tournée vers l'extrême-droite" explique Emmanuelle Cosse
--'--
--'--

"Une bonne nouvelle pour le peuple grec" (PS)

Dans un communiqué signé de son secrétaire national à l'Europe, Philip Cordery, le PS s'est félicité de la victoire des forces de gauche en Grèce. "La ligne anti-austérité est aujourd'hui renforcée en Europe. Depuis 2012, François Hollande et les leaders sociaux-démocrates sont à l'oeuvre pour réorienter l'Union européenne. Ils trouveront en Alexis Tsipras un nouvel allié."

"C'est de bonne augure pour la France" (Nicolas Dupont-Aignan)

Le député souverainiste et président de "Debout la France" – Nicolas Dupont-Aignan – se réjouit de ce succès même si Syrisa se situe de l'autre côté de l'échiquier politique : "Je suis satisfait que le peuple grec ai mis fin à des années de dictature bruxelloise totalement contreproductives ", explique-t-il. "C'est de bonne augure pour la France et pour les autres pays d'Europe qui vont enfin pouvoir réorienter l'Europe par les urnes. Ça prouve bien qu'on ne peut pas mépriser à ce point les peuples européens et ça prouve bien qu'on doit changer de politique en France ."

Victoire de Syriza : "C'est de bonne augure pour la France" pour Nicolas Dupont-Aignan
--'--
--'--