Un Suisse végan privé de service militaire car il refuse de porter des bottes en cuir

Plus strict que le végétarisme, le véganisme proscrit tous les produits d'origine animale, y compris les vêtements.

Un aspirant officier de l'armée suisse lors d'un entraînement près de Genève (Suisse), le 19 septembre 2013.
Un aspirant officier de l'armée suisse lors d'un entraînement près de Genève (Suisse), le 19 septembre 2013. (FABRICE COFFRINI / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

A l'époque où le service militaire était encore obligatoire en France, le véganisme aurait peut-être connu un certain succès. Un jeune Suisse de 19 ans a été rejeté par l'armée car il refusait de porter des bottes en cuir, raconte le journal 24 heures, mardi 26 janvier. Adepte du véganisme, Antoni Da Campo ne consomme aucun produit d'origine animale, une règle qui s'applique aussi aux vêtements.

Déterminé à accomplir son service militaire, le jeune homme a déposé un recours contre cette décision : "Le nombre de végétaliens* augmente continuellement en Suisse. Ce qui me heurte, c’est que les institutions ne prennent pas en compte l’évolution de la société."

"L'armée (…) ne peut pas s'adapter à chaque individu"

Une porte-parole de l'armée suisse, citée par le journal, explique que celle-ci n'autorise que de légères adaptations du régime alimentaire. Son régime végétalien n'avait pourtant pas empêché le médecin militaire de déclarer Antoni Da Campo apte. Il est revenu sur sa décision quand le jeune homme lui a demandé l'autorisation de porter des chaussures sans cuir. "Après un coup de téléphone à ses supérieurs, il m’a dit que j’étais 'doublement inapte', pour cause de logistique alimentaire et vestimentaire", raconte l'aspirant militaire. "L’armée vit de l’efficacité de grandes unités, elle ne peut pas s’adapter à chaque individu", explique un autre porte-parole.

* Le végétalisme exclut tout produit animal de l'alimentation, le véganisme y ajoute les vêtements, les cosmétiques et les loisirs.