Un site d'information ne publie que des bonnes nouvelles et perd les deux tiers de ses lecteurs

Dès le lendemain, le site est retourné aux accidents et autres faits divers.

Pendant une journée, le site russe City Reporter a mis en avant des infos réjouissantes, comme la construction dans les délais d'un tunnel dans la ville.
Pendant une journée, le site russe City Reporter a mis en avant des infos réjouissantes, comme la construction dans les délais d'un tunnel dans la ville. (TETRA IMAGES / BRAND X / GETTY IMAGES )
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Crise économique, attentats, catastrophes naturelles... L'actualité ne donne pas souvent l'occasion de se réjouir. Afin d'aborder l'information sous un jour un peu plus positif, le site russe City Reporter, basé à Rostov-sur-le-Don, non loin de la mer d'Azov, a décidé de ne publier en début de semaine que des bonnes nouvelles, rapporte la BBC jeudi 4 décembre.

La plateforme d'info locale avait annoncé la couleur à ses lecteurs dès le dimanche. "Vous avez le sentiment d'être entouré d'informations négatives ? Vous avez parfois envie de ne pas lire des nouvelles déprimantes le matin ? Vous pensez que les bonnes nouvelles sont un mythe ? Et bien, nous essaierons de vous prouver le contraire demain !", prévenait ainsi le City Reporter.

Le site a ainsi mis en avant des infos réjouissantes, comme la construction dans les délais d'un tunnel dans la ville, et présenté les autres sous un jour positif. Un article sur le trafic routier portait ainsi le titre : "Pas de perturbation sur les routes malgré la neige".

Les lecteurs profondément habitués aux sujets graves

 Hélas, l'audience n'a pas du tout été au rendez-vous. Sur sa page Facebook, le rédacteur en chef adjoint n'a pas caché sa détresse, expliquant que la fréquentation habituelle avait chuté de deux tiers ce jour-là : "Nous avons cherché du positif dans l'actualité, et nous avons l'impression d'en avoir trouvé. Mais on dirait bien que personne n'en veut. C'est le problème". Dès le lendemain, note la BBC, City Reporter remettait en avant les accidents et faits-divers qui ont fait son succès.

Rien de surprenant, à en croire Quartz. Le site américain note que plusieurs études ont relevé la tendance des lecteurs à préférer s'informer à propos de sujets graves. En 2007, l'institut de sondage Pew notait que les trois thèmes les plus suivis par les Américains depuis le milieu des années 1980 étaient ceux liés à la guerre, au mauvais temps, et aux problématiques économiques. Pas les plus réjouissants.