Un drone fou venu de Belgique poursuivi par un Rafale

Les grands moyens ont été déclenchés lundi en Picardie pour surveiller un drone qui avait passé la frontière. C’est le fleuron des avions de combat français qui a été chargé de le pister.

(Un Rafale a décollé lundi de Saint-Dizier (Marne) pour escorter un drone venu de Belgique © MaxPPP)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Un drone imposant et rapide a filé au-dessus de la Marne et de l’Aisne. L’armée de l’air française, prévenue par les autorités belges, a fait décoller un Rafale mais l’engin suspect a fini par s’écraser tout seul en plein champ.

"On utilise des moyens qui sont alerte en permanence sept jours sur sept pour ce genre de mission" : Colonel Yves-Marie Guillou
--'--
--'--

Un drone à 160 km/h

A l’origine de cette course poursuite dans les airs lundi, un souci de pilotage d’une société belge. En début d’après-midi, elle a perdu le contrôle de son engin. Le colonel Yves-Marie Guillou, du centre national des opérations aériennes, explique que "les Belges qui le suivaient ne l’ont pas détruit parce qu’il survolait des agglomérations" . Comme ce n’était pas le cas en France, l’armée a pris le relais, pour intervenir en cas de besoin.

"Il volait à 1.000 mètres et à 160 km/h. Nous l’avons suivi et nous étions prêts à déclencher des mesures de neutralisation si nécessaire"

La trajectoire du drone étant prévisible, "un Rafale et un hélicoptère ont décollé de Saint-Dizier" ajoute le colonel Guillou.

"Le Rafale s’est mis en attente à la frontière franco-belge, vers 16h le drone a passé la frontière et le Rafale était dessus"

L’avion n’a pas eu besoin d’intervenir, "le drone s’est crashé dans un champ à 45 km au nord de Reims" . Le pilote du Rafale avait remarqué que l'appareil n’emportait aucune charge. C’est apparemment un problème de moteur qui l’a finalement fait chuter brutalement à Dizy-le-Gros.