DIRECT. "Brexit" : un accord a été trouvé entre le Royaume-Uni et les dirigeants européens

Les discussions se sont poursuivies très tard jeudi et ont repris vendredi matin pour éviter une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

De gauche à droite : François Hollande, Matteo Renzi, Klaus Werner Iohannis et David Cameron lors d\'un dîner réunissant les dirigeants européens, vendredi 19 février 2016 à Bruxelles (Belgique).
De gauche à droite : François Hollande, Matteo Renzi, Klaus Werner Iohannis et David Cameron lors d'un dîner réunissant les dirigeants européens, vendredi 19 février 2016 à Bruxelles (Belgique). (OLIVIER HOSLET / AFP)

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Dénouement du côté de Bruxelles (Belgique). Un d'accord a été trouvé vendredi 19 février au soir au terme d'intenses tractations sur les demandes du Premier ministre britannique David Cameron pour garder le Royaume-Uni dans l'Union européenne, a annoncé sur Twitter le président du Conseil européen Donald Tusk. Suivez la situation en direct.

Les négociations ont repris lors d'un "brunch" vendredi.  Le dîner qui a réuni jeudi soir les 28 chefs d'Etat et de gouvernement autour de la question des migrants s'est prolongé et l'idée de parvenir à un accord dans la matinée lors d'un "english breakfast" réunissant tous les dirigeants a été abandonnée au profit d'un "brunch", puis d'un dîner. "Je conclurai seulement un accord si nous obtenons ce dont la Grande-Bretagne a besoin", a déclaré David Cameron en arrivant. "Nous allons encore travailler et je fais tout ce que je peux", a-t-il martelé.

Des points d'achoppement importants. La France souhaitait amender le projet d'accord pour garantir que Londres ne pourra pas bloquer des mesures concernant les pays de la zone euro et répété son refus de voir les institutions financières britanniques bénéficier d'un avantage compétitif grâce à une réglementation à part. La durée pendant laquelle les travailleurs européens étrangers seraient privés d'allocations sociales au Royaume-Uni continuait de faire débat, en particulier avec les pays de l'Est, dont les ressortissants sont les plus concernés.

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#BREXIT

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BREXIT

23h59 : Et si la France faisait la même chose ? Nous devrions aussi demander des concessions à l'UE.

23h58 : Les propos de Cameron me choquent. Je pense que l'on s'est fait avoir par un type qui méprise l'Europe et ne veut que s'en servir.

23h50 : "Je souhaite beaucoup de chance a D.Cameron pour qu'il réussisse dans son referendum" #Merkel #Brexit

23h49 : Le projet met l'accent sur la nécessité de faire "jeu égal" en matière de régulation financière et bancaire. Il donne le droit au Royaume-Uni de superviser les établissements financiers et les marchés pour préserver la stabilité financière. Ceci "sans préjudice" au droit de l'Union européenne d'agir pour protéger la stabilité financière.

23h49 : Un système d'indexation concernant toute l'UE en matière de versement des allocations familiales aux salariés dont les enfants vivent dans un autre Etat membre entre en vigueur immédiatement pour les nouveaux demandeurs et le 1er janvier 2020 pour tous les allocataires.

23h48 : Le Royaume-Uni pourra mettre en oeuvre un mécanisme de "frein d'urgence" pour les nouveaux arrivés durant une période de sept ans à partir du moment où la mesure aura été utilisée une première fois.

23h48 : Le Royaume-Uni aura le droit de ne pas accorder les avantages liés au statut de salarié aux nouveaux arrivants sur son sol d'autres Etats de l'UE pour leurs quatre premières années dans le pays.

23h47 : Deux éléments de l'accord doivent être inscrits dans des modifications à venir des traités européens :

• Le Royaume-Uni sera exempté de l'objectif d'une poursuite de l'intégration politique dans le cadre de l'engagement des traités européens envers une "union sans cesse plus étroite" des peuples d'Europe.

• Les éléments d'un accord pour assurer un traitement équitable des accords économiques et financiers entre les Etats de la zone euro et ceux qui n'en font pas partie.

23h46 : En réaction au commentaire d'Anonyme qui évoquait le mystère de l'accord de la cop 21, sachez que ce texte est disponible dans son intégralité et en français sur le site de l'ONU !

23h52 : Oui, @anonyme : Zone Bourse détaille les principaux points du compromis conclu ce soir à Bruxelles, afin de permettre au Royaume-Uni de se maintenir au sein de l'Union européenne et à son Premier ministre David Cameron de faire campagne pour le "oui" lors du référendum qu'il doit organiser sur le sujet le 23 juin.

23h41 : A-t-on plus de précisions sur les détails de cet accord ?

23h33 : "Je ferai campagne avec tout mon coeur et toute mon âme" pour rester dans l'UE @David_Cameron #euco

23h32 : "La Grande Bretagne ne fera jamais partie d'un super État europeen", c'est écrit clairement (Cameron)

23h32 : "Je n'aime pas Bruxelles, j'aime la Grande-Bretagne", explique Cameron.

23h32 : Le Premier ministre britannique, David Cameron, assure qu'il plaidera dans la campagne du référendum pour que le Royaume-Uni reste dans l'Union européenne.

23h31 : Cameron « Nous avons établi que la sécurité nationale Brit est une compétence brit. On ne fera pas parti d'une armée UE »

23h30 : Cameron « Les ressortissants de l'UE qui ne trouvent pas d'emploi ds les 6 mois devront quitter la GB »

23h30 : Cameron "Nous garantirons que les sociétés brit ne seront pas discriminés par leur non appartenance à l'euro" #Euco

23h30 : @anonyme : Le Premier ministre britannique, David Cameron, indique qu'il a notamment obtenu de ses 27 partenaires européens des garanties afin de protéger l'économie britannique mais aussi en matière de politique migratoire.

23h29 : Quel est le contenu de l'accord trouvé?Mystère et boule de gomme comme la cop21

23h26 : Le Premier ministre britannique, David Cameron, indique que l'accord conclu ce soir sera "contraignant" en droit européen.

23h24 : Le texte est assez bon "pour que je recommande le maintien du UK dans l'UE" annonce Cameron

23h18 : Le Premier ministre britannique, David Cameron, assure qu'il recommandera le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne lors du référendum dans sa pays.

23h16 : "Nous ne serons jamais dans l'Euro, et nos intérêts économiques sont préservés" #cameron #ue #brexit

23h15 : Cameron. "C'est assez pour rester ds l'UE". #brexit #ue

23h16 : Le Premier ministre britannique, David Cameron, débute sa conférence de presse, après l'accord trouvé avec ses 27 partenaires de l'Union européenne dans l'espoir de rester dans l'UE.

22h52 : @Martin : Il est trop tôt pour vous répondre. Nous attendons la conférence de presse. Pour le moment, nous ne disposons que du brouillon du projet d'accord qui a fuité sur Twitter.

22h52 : Qu'elles sont les grandes lignes de cet accord ?

22h51 : Leaked Brexit draft: benefits emergency brake can apply for seven years, not renewable

22h51 : Leaked Brexit draft: non-euro emergency brake can be pulled by one country. Win for Cameron

22h51 : @Anonyme : Il est trop tôt pour vous répondre. Nous attendons la conférence de presse. Pour le moment, nous ne disposons que du brouillon du projet d'accord qui a fuité sur Twitter.

22h48 : Contenu du compromis ?

22h48 : I have negotiated a deal to give the UK special status in the EU. I will be recommending it to Cabinet tomorrow. Press conference shortly.

22h48 : Le Premier ministre britannique, David Cameron, annonce sur Twitter qu'il a négocié un accord donnant au Royaume-Uni un statut spécial au sein de l'Union européenne.

22h45 : Le document de compromis a été remis par les présidents du Conseil européen et de la Commission européenne au début de la reprise des discussions à 28, ce soir au dîner.

22h43 : Les dirigeants européens ont joué les prolongations au sommet de Bruxelles. La réunion plénière des chefs d'Etat et de gouvernement a été plusieurs fois reportée, d'abord à 14h30, puis 15h30, puis 16h, puis à 20h. Il a ensuite été demandé aux dirigeants des 28 de réserver une nuit d'hôtel supplémentaire.

22h38 : Le président du Conseil européen, Donald Tusk, précise que les 28 Etats membres de l'Union se sont mis d'accord à l'unanimité.

22h35 : Deal. Unanimous support for new settlement for #UKinEU

22h35 : Cette fois c'est officiel. Le président du Conseil européen annonce sur Twitter qu'un accord a été trouvé entre le Royaume-Uni et ses 27 partenaires européens dans l'espoir d'éviter une sortie des Britanniques de l'UE.

22h32 : D'ordinaire, les 28 divergent sur l'interprétation de l'accord. Là, viennent de passer un stade: divergent sur le fait d'en avoir un. #euco

22h32 : Lituanie, Danemark et République Tchèque annoncent un accord, le chef de cabinet dément. Moment de flottement au #EUCO. #UKinEU #Brexit

22h29 : Still no agreement on new settlement for #UKinEU at "British dinner" of #EUCO

22h30 : Se sont-ils réjouis trop vite ? Le porte-parole du président du Conseil européen indique sur Twitter qu'il n'y a toujours pas d'accord entre le Royaume-Uni et ses 27 partenaires de l'Union européenne.

22h22 : Pendant ce temps, au Royaume-Uni, la campagne du référendum sur la sortie - oui ou non - du Royaume-Uni de l'Union européenne bat déjà son plein. Avec force déguisements.






NIKLAS HALLE'N / AFP

22h20 : Máme dohodu! Je to slušný kompromis, který, jak doufám, pomůže udržet Británii v EU. #V4 k dosažení dohody hodně pomohla. #EUCO

22h20 : Le Premier ministre tchèque confirme sur Twitter qu'un "compromis décent" a été trouvé entre les 28 Etats membres de l'Union européenne dans l'espoir de garder le Royaume-Uni au sein de l'UE.

22h11 : Agreement #UKinEU done. Drama over.

22h11 : Les dirigeants de l'Union européenne sont enfin parvenus à se mettre d'accord sur un compromis avec le Royaume-Uni, selon la présidente lituanienne.

22h03 : L'«English dinner» repoussé, Angela Merkel va chercher des frites à la Maison Antoinehttps://t.co/0iIxrEG4uX

22h03 : L'image fait sourire. Sans doute affamée par les interminables heures de tractations sur le "Brexit", la chancelière allemande Angela Merkel s'est accordée une "pause frites" dans l'une des plus fameuses friteries de Bruxelles. Le Soir le raconte.

20h53 : Finální schůzka s @eucopresident @JunckerEU potvrdila, že návrh dohody s Británií je konečně na cestě.

20h54 : Le Premier ministre tchèque confirme qu'un projet d'accord avec le Royaume-Uni sur les réformes dans l'Union européenne est en cours.

20h51 : RT @MaltaRepEU: PM @JosephMuscat_JM: pending any last minute surprises, latest #UKinEU draft expected to be good compromise - meets #Malta …

20h51 : Discussed #UKinEU draft with @David_Cameron before next #EUCO session. Progress has been registered -JM

20h50 : Un projet d'accord a été trouvé ce soir à Bruxelles, au terme d'intenses tractations sur les demandes du Premier ministre britannique David Cameron pour garder le Royaume-Uni dans l'Union européenne. Le Premier ministre maltais le révèle.

20h47 : Il est grand temps de faire un point sur l'actualité de cette soirée :

Réforme du Code du travail, lutte contre le groupe Etat islamique, crise des migrants, "Brexit"... Voici les principaux thèmes abordés par François Hollande lors de son interview sur France Inter ce soir.

Les négociations s'éternisent à Bruxelles. Londres et ses 27 partenaires européens cherchent toujours à parvenir à un compromis pour modifier les termes de l'adhésion du Royaume-Uni à l'UE dans l'espoir d'éviter un "Brexit".

• La préfecture du Pas-de-Calais a pris un arrêté d'expulsion de la zone sud de la "jungle", située à la sortie de la ville. Les migrants ont jusqu'à mardi soir pour quitter le bidonville.

• LCI sera diffusée en gratuit sur le canal 26 de la TNT à partir du 5 avril, date du passage de la TNT à la haute définition, a annoncé le CSA.

19h45 : "Si les Britanniques veulent sortir, je le regretterai pour l'Europe, pour la Grande-Bretagne, pour la France, mais j'en prendrai acte."

"Que la Grande-Bretagne reste ou non, l'Europe devra prendre des décisions au lendemain du référendum."

19h16 : "Les négociations vont se poursuivre ce soir. Un conseil des ministres ne sera pas possible ce soir. Il aura lieu si et quand un accord est conclu."

Londres et ses 27 partenaires de l'Union européenne cherchent toujours à parvenir à un compromis pour modifier les termes de l'adhésion du Royaume-Uni à l'UE dans l'espoir d'éviter une sortie des Britanniques.

18h55 : Encore heureux! Je suis stupéfait que l'on envisage, une fois de plus, d'accorder tous ces avantages à la Grande-Bretagne !

18h55 : Bravo Mr. hollande tenez bon. Trop de concessions peuvent représenter la fin de l'UE.

18h52 : "Imaginons que le Royaume-Uni quitte l'Europe, d'autres pays pourraient y songer. Nous devons éviter le repli national" #DirectPR

18h53 : .@fhollande : "Il ne faut pas que les intérêts de la Grande-Bretagne soient pris en compte au détriment de l'Europe." #DirectPR

18h59 : Il ne peut pas y avoir de "règles particulières" pour la City [la place boursière du Royaume-Uni), avertit François Hollande. C'est l'un des points de désaccord entre l'Union européenne et Londres, qui en fait une condition de son maintien dans l'Union.

18h53 : "Imaginons que le Royaume-Uni quitte l'Europe, d'autres pays pourraient y songer. Nous devons éviter le repli national" #DirectPR

18h53 : "Ce qui manque à l'Europe c'est un projet et, quand il manque, il y a des frilosités" @fhollande #DirectPR

18h53 : "Je fais ce qu'il faut pour que le Royaume-Uni reste dans l'Europe, mais il faut aussi qu'elle puisse avancer" @fhollande #DirectPR

18h53 : François Hollande est l'invité de France Inter. Le chef de l'Etat s'exprime sur la crise qui occupe l'Union européenne, ce soir, à Bruxelles : la possible sortie du Royaume-Uni de l'Union.

16h32 : Les anglais tartinent les croissants? Là, je suis favorable au Brexit. Pas question de rester dans la même union qu'avec ces sacrilèges qui ne respectent rien. Son croissant, on peut le tremper dans une boisson (chocolat ou café) mais c'est contre-nature de vouloir le tartiner.

14h06 : Quelles sont les informations à retenir à 14 heures ?

• Le Royaume-Uni restera-t-il dans l'Union européenne ? Une nouvelle journée de négociations s'ouvre à Bruxelles. Les dirigeants de l'UE ont commencé, hier, à négocier les termes d'un accord difficile à trouver avec Londres. Suivez la situation en direct.

Les perquisitions et interdictions de réunion instaurées dans le cadre de l'état d'urgence ont été validées, pour l'essentiel, par le Conseil constitutionnel. En revanche, les Sages ont censuré les dispositions permettant "de copier des données informatiques dans le cadre de ces perquisitions."

L'homme suspecté d'avoir tué une conseillère agricole en Aveyron était dans un "délire paranoïaque" au moment des faits, selon le procureur.

• Un cadre de l'Etat islamique, soupçonné d'être lié aux attentats du Musée du Bardo et de Sousse (Tunisie), a "probablement" été tué par une frappe américaine en Libye.

13h48 : Le grand Charles de Gaulle avait vu juste, on peut les décrire comme des insulaires, des atlantistes et des financiers, mais pas comme des Européens. Ils n'auraient jamais dû intégrer l'union, et les autres n'auraient jamais dû concéder des privilèges lors des négociations d'entrée et lors de l'affrontement avec Thatcher. On n'en finira jamais, demain ils demanderont et s'opposeront à autre chose. Dehors les Britanniques ! Si les Écossais veulent entrer, je n'y vois pas d'inconvénient, à condition qu'ils commencent par prendre leur indépendance.

13h48 : Bonjour effectivement, ils ne peuvent continuer à être dedans quand ça les arrange et à l'extérieur, dans les mêmes conditions. De plus, s'il y a un référendum, il est fort probable que l'Ecosse et le Pays de Galle votent pour rester dans l'europe. Et Cameron sera dans une situation intenable!

13h48 : D.Cameron veut le beurre et l'argent du beurre. Les Anglais n'ont pas voulu entrer dans la zone euro et ils veulent imposer leurs exigences. Ils doivent respecter les règles communes.

13h50 : Les négociations pour tenter d'éviter un "Brexit" se poursuivent à Bruxelles. Le Premier ministre britannique David Cameron a discuté avec son homologue italien, Matteo Renzi, cet après-midi.



(Francois Lenoir / Reuters)

12h07 : Voici ce qu'il faut savoir de l'actualité ce matin :

• Le Royaume-Uni restera-t-il dans l'Union européenne ? Une nouvelle journée de négociations s'ouvre à Bruxelles. Les dirigeants de l'UE ont commencé, hier, à négocier les termes d'un accord difficile à trouver avec Londres. Suivez la situation en direct.

Les perquisitions et interdictions de réunion instaurées dans le cadre de l'état d'urgence ont été validées, pour l'essentiel, par le Conseil constitutionnel. En revanche, les Sages ont censuré les dispositions permettant "de copier des données informatiques dans le cadre de ces perquisitions."

• Licenciement, 35 heures, heures sups... Francetv info a listé huit conséquences concrètes du projet de loi sur la réforme du droit du travail. ce "dynamitage du Code du travail" crée un tollé au sein même de la majorité, explique-t-on dans notre article.

L'homme suspecté d'avoir tué une conseillère agricole en Aveyron était dans un "délire paranoïaque" au moment des faits, selon le procureur.

11h16 : L'Europe est attaquée mais si elle n'existait pas nous serions dans la mouise !

11h15 : Puisque la Grande-Bretagne n'a jamais voulu s'intégrer véritablement dans l'Europe, autant qu'elle en parte effectivement. Ce qui permettra peut être l'émergence d'une Europe politique, seule à même de constituer des règles communes entre les États la composant. Fédéralisme ? Et pourquoi pas si le sort des citoyens en est globalement amélioré.

11h15 : Les Anglais sont déjà protégés sur leur île et ils veulent toujours plus alors qu'ils ont déjà beaucoup. Il est impressionnant de voir cette Europe du bénéfice qui veut des travailleurs de moins en moins payés. L'Allemagne continue sa politique de salaire bas. L'Europe doit protéger ces travailleurs et non l'inverse.

11h18 : Dans les commentaires, vous réagissez à la menace du Brexit. Et vous êtes pour l'instant majoritairement favorables à ce que les Britanniques nous quittent.

11h18 : "Toujours pas d'accord", affirme le Premier ministre britannique David Cameron, en retournant aux négociations qui se tiennent à Bruxelles.

09h53 : Voici ce qu'il faut savoir de l'actualité ce matin :

• Le Royaume-Uni restera-t-il dans l'Union européenne ?Une nouvelle journée de négociations s'ouvre à Bruxelles. Les dirigeants de l'UE ont commencé hier à négocier les termes d'un accord difficile à trouver avec Londres. Suivez la situation en direct.

• Licenciement, 35 heures, heures sups... Francetv info a listé huit conséquences concrètes du projet de loi sur la réforme du Code du travail. ce "dynamitage du Code du travail" crée un tollé au sein même de la majorité, explique-t-on dans notre article.

Philippe Moureaux a dirigé la commune belge de Molenbeek jusqu'en 2012. A l'occasion de la sortie de son livre, La Vérité sur Molenbeek, il explique dans une interview qu'il ne se sent "absolument pas responsable" des attentats de Paris.

Faute de remplaçants, les élèves français (de la primaire au lycée) ont déjà manqué 6 000 jours de classe depuis la rentrée de septembre dans 57 départements, indique le syndicat de parents d'élèves FCPE.

09h29 : Les Anglais veulent LEUR Europe ! ils l'acceptent telle qu'elle est ou ils partent !

09h28 : Et bien bien moi je souhaite le Brexit car je rejette l'UE et espère que ce sera le début de la fin de cette "union" qui nous plombe! Demandez aux éleveurs de porcs, j'en passe, et des meilleurs...

09h27 : Si les dirigeants européens tiennent tant à conserver les anglais au sein de l'UE quitte à leur accorder des privilèges, alors il est temps de penser à un FREXIT !

09h26 : Du tant de Madame Thatcher, c'était la même chose. Il a toujours fallu accordé des avantages à l'Angleterre pour qu'elle fasse partie de l'Union Européenne et ça continue. Qu'est-ce que cela changerait pour les autres pays si l'Angleterre quittait l'Europe ? Les autres pays ne se plieraient [plus] à leurs quatre volontés !

09h32 : "Il est certain que personne au sein du Parlement européen ne voterait en faveur d'un traitement de faveur pour le Royaume-Uni."

Alors que David Cameron négocie avec les dirigeants européens un accord pour tenter de maintenir son pays dans l'Union européenne, le président de l'institution s'est exprimé dans une interview à la radio allemande Deutschlandfunk.

06h26 : Qu'est-ce qui bloque à Bruxelles ? "Beaucoup de pays disent vouloir s'assurer du maintien de la Grande-Bretagne au sein de l'UE, mais on ne voit pas beaucoup comment ils comptent mettre cela en pratique, en n'offrant aucune marge de manœuvre", a estimé pour sa part un conseiller du Premier ministre britannique, David Cameron.

06h16 : Dans la nuit, à l'issue de nombreuses heures de négociations à Bruxelles, Donald Tusk a également commenté l'avancée des discussions avec le Royaume-Uni pour éviter un "Brexit" : "Beaucoup de travail reste à faire", a annoncé le président du Conseil européen.

06h11 : Voici ce qu'il faut savoir de l'actualité ce matin :

• Le Royaume-Uni restera-t-il dans l'Union européenne ?Une nouvelle journée de négociations s'ouvre à Bruxelles. Les dirigeants de l'UE ont commencé hier à négocier les termes d'un accord difficile à trouver avec Londres.


• Licenciement, 35 heures, heures sups... Le gouvernement prévoit de bousculer le Code du travail.
L'Etat s'engage à fournir des trains Intercités neufs entre Paris et la Normandie. Le gouvernement s'est engagé d'ici à la fin mars, à un accord spécifique avec la Normandie, région oubliée de la modernisation ferroviaire, indique le président normand, Hervé Morin (UDI).



• La jeune conseillère agricole tuée dans une ferme aveyronnaise est morte noyée. L'autopsie le confirme. L'éleveur suspect est toujours en garde à vue. Ses motivations restent mystérieuses.