La « clause Molière », du français sur les chantiers

L’Ile-de-France vient d’adopter la « clause Molière » comme plusieurs régions avant elle. Cette mesure vise à imposer l’usage du français notamment sur les chantiers publics.

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La mesure ambitionne d’améliorer les normes de sécurité sur les chantiers, en favorisant la bonne compréhension des travailleurs entre eux. Elle vise, par ailleurs, à lutter contre le recours aux travailleurs détachés, ces travailleurs issus d’un pays membre de l’Union Européenne. En France par exemple, ils sont payés au SMIC, alors que l’entreprise, elle, paye les charges sociales dans leurs pays d’origine.

Clause Molière : une mesure de « préférence nationale » ?

Mais pour une partie de la gauche, cette clause pose problème. Le Front de Gauche dénonce une « tentative d’imposer la préférence nationale ». Le ministère de l’Économie et des finances parle d’une mesure « raciste, discriminatoire et inapplicable ». Pour sa part Laurent Wauquiez annonce sur Twitter qu’il préfère « […] payer plus cher un chantier mais qu’il soit confié à 100 % à des travailleurs locaux. Je l’assume et je ne lâcherai pas. »

Des travailleurs sur un chantier à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 10 janvier 2017.
Des travailleurs sur un chantier à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 10 janvier 2017. (LOIC VENANCE / AFP)