VIDEO. "Clause Molière" : le français obligatoire sur les chantiers fait polémique

Des présidents de région Les Républicains ont imposé l'usage du français sur les chantiers publics. Une manière d'interdire les travailleurs étrangers ?

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Obliger les entreprises en charge des chantiers publics à n'engager que des employés qui parlent français ? Une mesure mise en place par des présidents de région Les Républicains est critiquée de tous les côtés, à commencer par le Premier ministre. "Derrière la clause Molière, c'est la clause Tartuffe. Ces clauses ne sont pas inspirées par l'amour de notre langue, mais par l'objectif de faire obstacle à la concurrence d'entreprises étrangères qui font appel à des travailleurs détachés", a-t-il dit.

Les syndicats sont contre, le FN en veut plus

Prendre le prétexte de la langue pour interdire les travailleurs sur les chantiers publics ? Laurent Wauquiez ne s'en cache pas : il pratique la préférence nationale. De leur côté, les syndicats la critiquent presque d'une même voix. Pour Marine Le Pen, en revanche, c'est une mesure qui ne va pas assez loin.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des travailleurs sur un chantier à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 10 janvier 2017.
Des travailleurs sur un chantier à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 10 janvier 2017. (LOIC VENANCE / AFP)