Élection présidentielle : Benoît Hamon en visite à Berlin

Ce mardi 28 mars, le candidat socialiste à l'élection présidentielle avait deux rendez-vous importants: Angela Merkel et Martin Schulz. Qu'est-il parti chercher en Allemagne ? Amaury Guibert, journaliste pour France 2 fait le point sur la question.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Même s'il s'en défend le candidat du parti socialiste, Benoît Hamon, est venu chercher à Berlin une stature internationale. Amaury Guibert, journaliste pour France 2, sur place à Berlin explique qu'"il est venu montrer qu'il est capable de discuter avec les responsables étrangers et plus particulièrement au premier partenaire de la France, l'Allemagne, en la personne d'Angela Merkel. Après François Fillon et Emmanuel Macron, la chancelière allemande a accordé une heure d'entretien avec le candidat socialiste". Parmi les discussions, des échanges quant à la situation européenne : "Je lui ai redit mon désaccord avec les politiques d'austérité, les conséquences qu'elles avaient sur les peuples. Du fait qu'elles entrainent aujourd'hui de la désespérance, de la désespérance qui entraîne des votes à l'extrême droite", a indiqué Benoît Hamon à la sortie de l'entretien.

Visite d'un centre d'accueil et d'hébergement pour les migrants

Le candidat du parti socialiste a ensuite déclaré que la chancelière s'était montrée ouverte à la discussion sur la question de la démocratisation de la zone euro. Benoît Hamon a profité de cette rencontre pour féliciter la chancelière allemande sur la politique mise en oeuvre concernant la prise en charge des réfugiés. Le candidat à la présidentielle a d'ailleurs prévu de conclure son séjour allemand par la visite d'un centre d'accueil et d'hébergement pour les migrants.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le candidat socialiste Benoît Hamon et le candidat du SPD Martin Schulz lors d\'une conférence de presse, à Berlin (Allemagne), le 28 mars 2017.
Le candidat socialiste Benoît Hamon et le candidat du SPD Martin Schulz lors d'une conférence de presse, à Berlin (Allemagne), le 28 mars 2017. (ODD ANDERSEN / AFP)