Mahmoud Ahmadinejad voudrait supporter au plus près les athlètes iraniens aux Jeux olympiques de Londres, cet été.  Mais les Britanniques se montreraient réticents, a-t-il affirmé, jeudi 17 mai, à l'agence officielle Irna. "Ils ont des problèmes avec ma présence," a lâché le président iranien, sans donner plus de précisions. Il faut dire que les relations entre Téhéran et Londres sont très mauvaises actuellement.

Londres fait partie des premiers pays européens qui ont adopté des sanctions contre la Banque centrale iranienne pour faire pression sur Téhéran et son programme nucléaire controversé. Par ailleurs, la Grande-Bretagne a fermé son ambassade à Téhéran après son saccage en novembre 2011 par des étudiants islamistes.

De son côté, en février 2011, l'Iran avait protesté auprès du Comité international olympique contre le logo officiel des JO de Londres, le jugeant "raciste" : selon Téhéran, on pourrait y lire le mot "Zion" (Sion, en anglais). Les organisateurs l'ont défendu en affirmant qu'il était "moderne, audacieux et souple", et à même de plaire aux jeunes.