Plusieurs Pakistanais et un Syrien violemment agressés à Cologne

Dix jours après les violences, notamment sexuelles, qui se sont déroulées pendant la nuit du Nouvel An à Cologne et dont la quasi-totalité des suspects étaient "presque exclusivement d'origine immigrée", des étrangers ont été agressés dans le centre de la ville. Des actes de violence organisées sur les réseaux sociaux indique la police.

(La sécurité a été renforcée dans la gare centrale de Cologne © maxPPP)
Radio France

Mis à jour le
publié le

 Deux groupes de cinq à vingt personnes qui agressent des étrangers, en l'occurrence des Pakistanais et des Syriens, dans le centre ville de Cologne. Difficile de ne pas y voir des réactions aux violences de la nuit du Nouvel An. Pour la police locale, ces violences anti-étrangers ont été organisées sur les réseaux sociaux par des appels de l'extrême droite à participer à des "promenades" dans le centre-ville.

En présentant son rapport sur les violences du Nouvel An ce lundi matin,  Ralf Jäger, le ministre de l'Intérieur de l'Etat  de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, a confirmé que "les personnes qui ont commis ces crimes étaient presque exclusivement d'origine immigrée ",  que "beaucoup d'éléments " montraient "qu'il s'agissait de personnes originaires d'Afrique du Nord et du monde arabe ", et que parmi les suspects "il y avait aussi "des réfugiés venus chez nous l'année dernière."

Pas question pour autant pour Ralf Jäger de "stigmatiser un groupe (de population) comme des agresseurs sexuels (...) C'est non seulement une erreur mais aussi dangereux. C'est ce que font les charognards de l'extrême droite, c'est leur seul argument".   Au total, la police de Cologne a enregistré 516 plaintes liées à ces violences, dont environ 40% pour agression sexuelle.

A LIRE AUSSI ►►► Agressions à Cologne : Angela Merkel pour l'expulsion des réfugiés condamnés