Naufrages de migrants : trois infographies pour réaliser l'ampleur du drame

La disparition de près de 800 migrants au large de l'île de Lampedusa, ce week-end en Italie, est un triste rappel des catastrophes qui se jouent chaque jour en Méditerranée. Voici trois graphes pour mieux en saisir l'ampleur.

Migrants clandestins en difficulté sur les côtes de l'île de Rhodes (Grèce), le 20 avril 2015. 
Migrants clandestins en difficulté sur les côtes de l'île de Rhodes (Grèce), le 20 avril 2015.  (ATHENS NEWS AGENCY / ANADOLU AGENCY / AFP)

Mis à jour le , publié le

Personne n'est capable de donner précisément leur nombre, et encore moins leurs identités. Près de 800 migrants sont toujours portés disparus, mardi 21 avril, après le naufrage d'un chalutier en Méditerranée, dimanche. Un drame qui vient se rajouter à une liste déjà longue.

Plus de morts en quatre mois qu'en 2012 et 2013 réunis

Depuis le début de l'année, l'agence des nations unies pour les réfugiés (UNHCR) constate une très forte augmentation du nombre de migrants morts ou disparus en pleine mer. On en compte déjà plus pour les quatre premiers mois de 2015 (environ 1 600), que pour les années 2012 et 2013 réunies.

Des drames qui ne découragent pourtant pas les migrants, toujours plus nombreux à risquer leur vie pour rallier l'Europe. Leur nombre a augmenté de 60% entre le 1er janvier 2014 et le 1er janvier 2015, note dans Le Parisien Jean-François Dubost, spécialiste des migrations à Amnesty International.

La Méditerranée, plus grand "cimetière" de migrants
au monde

La mer Méditerranée arrive en tête du terrible classement des régions les plus meurtrières pour les migrants, selon des données de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Ainsi, avec 3 072 morts entre janvier et septembre 2014, cette zone représente 75% des décès de migrants dans le monde.

D'autres données révèlent également l'origine des migrants décédés. Près de 30% d'entre eux étaient en provenance des pays du Moyen-Orient ou d’Afrique du Nord, 30% d’Afrique subsaharienne et 11% de la corne de l'Afrique. 

Le passage entre la Libye et l'Italie,
la route la plus empruntée par les migrants

Ils viennent de Syrie, d'Irak, de Tunisie, du Soudan, d'Erythrée, de Somalie ou encore d'Afghanistan... En 2014, l'agence européenne Frontex a détecté plus de 270 000 passages clandestins aux frontières de l'UE, peut-on lire sur le site internet de l'organisation, mardi 21 avril. Et selon les données de Frontex, le passage par la Méditerranée entre la Libye et l'Italie constitue, de loin, la route la plus empruntée par les migrants.