Au Monténégro, un projet d'hôtel dans un ex-camp de concentration crée une polémique

Une holding helvético-égyptienne a l'intention de bâtir un hôtel haut de gamme avec une discothèque, un spa et un port de plaisance pour un montant de 15 millions d'euros.

Une représentation en 3D de l'hôtel de luxe en projet de construction sur l'îlot de Mamula, diffusée le 16 janvier 2016.
Une représentation en 3D de l'hôtel de luxe en projet de construction sur l'îlot de Mamula, diffusée le 16 janvier 2016. (SALT AND WATER STUDIO / AFP)

Mis à jour le , publié le

Transformer un camp de concentration en hôtel de luxe. C'est ce que souhaite le Monténégro. Malgré la colère de proches d'anciens détenus, un bail de 49 ans a été accordé à la holding helvético-égyptienne Orascom, qui compte y bâtir un hôtel haut de gamme comprenant une discothèque, un spa et un port de plaisance pour un montant de 15 millions d'euros.

Le fort de l'îlot de Mamula, située en mer Adriatique, à l'entrée des Bouches de Kotor, a été construit au XIXe siècle et a été investi par les forces fascistes italiennes pendant la Seconde guerre mondiale. Selon l'association locale des anciens combattants, 80 détenus y sont morts exécutés et 50 de faim, sur un total de plus de 2 000.

"Rendre le site accessible aux visiteurs"

"Nous avons deux options : laisser le site tomber en ruines ou trouver des investisseurs qui voudront le restaurer et le rendre accessible aux visiteurs", a expliqué Olivera Brajovic, responsable du conseil d'administration national pour le développement du tourisme.

"Des pays beaucoup plus riches que le Monténégro ont choisi de préserver des bâtiments semblables de cette manière, même des sites protégés par l'Unesco", se défend-elle.

"Un exemple flagrant de mépris de l'Histoire"

"Aucun camp de concentration dans le monde n'a été transformé en hôtel", rétorque Olivera Doklestic. Ses grand-père, père et oncle ont été emprisonnés à Mamula.  Elle souhaiterait que la place forte soit restaurée et ouverte aux visiteurs comme site historique. "Construire un hôtel de luxe tourné vers les loisirs à cet endroit où tant de personnes sont morts et ont souffert est un exemple flagrant de mépris de l'Histoire", a-t-elle déclaré.

En réponse, Olivera Brajovic affirme que le projet prévoit un mémorial en hommage aux anciens prisonniers. L'agence de communication représentant Orascom assure que l'association locale d'anciens combattants a approuvé le projet, qui prévoit de conserver la forteresse. Le cabinet d'architecture belgradois choisi pour réaliser le projet, Salt and Water, dit vouloir transformer la forteresse en hôtel avec "des interventions minimes".