VIDEO. Les migrants afghans refoulés par la Macédoine transférés à Athènes

Seuls les réfugiés syriens et irakiens sont autorisés à pénétrer dans le territoire macédonien depuis lundi, par le poste-frontière d'Idoméni, en Grèce.

Voir la vidéo
REUTERS et APTN
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

La police grecque a commencé, mardi 23 février au matin, à transférer en cars à Athènes des centaines de migrants afghans. Ces derniers étaient bloqués à la frontière gréco-macédonienne après le refus de Macédoine de les laisser entrer dans son territoire pour continuer leur périple vers l'Europe du Nord.

Des centres d'accueil en Grèce

Au moins sept cars ont commencé à transférer vers la Grèce de nombreuses familles afghanes, qui devraient être logées temporairement dans des centres d'accueil près de la capitale, a-t-on appris de source policière.

Environ 600 Afghans avaient manifesté, lundi, sur la voie ferrée près du poste-frontière d'Idoméni, pour réclamer "l'ouverture de la frontière" et dénoncer la décision de la Macédoine de ne pas les laisser passer. Trois d'entre eux avaient forcé le barrage policier et escaladé la clôture frontalière avant d'être arrêtés côté macédonien.

Voir la vidéo

Au total 4 000 migrants se trouvaient mardi à Idoméni, dont de nombreux Syriens et Irakiens, qui, eux, sont autorisés à traverser la frontière mais à un "rythme ralenti", selon la police. La Macédoine laissait ces derniers mois les Afghans entrer dans son territoire, mais elle a décidé de leur interdire le passage, imputant la responsabilité de cette décision à ses pays voisins, la Serbie, la Croatie et la Slovénie.

La police macédonienne ferme la frontière avec la Grèce à des centaines de migrants Afghans  à Idomeni, le 23 février 2016
La police macédonienne ferme la frontière avec la Grèce à des centaines de migrants Afghans  à Idomeni, le 23 février 2016 (MARKO DJURICA / REUTERS)