VIDEO. Des footballeurs grecs font un sit-in pour protester contre la mort de migrants en mer Egée

Les joueurs d'AEL Larissa et Acharnaikos se sont assis vendredi sur la pelouse du terrain de foot de Larissa et ont observé deux minutes de silence après le coup d'envoi.

MIKE LOUPNIKIS / YOUTUBE

Mis à jour le , publié le

Des footballeurs grecs ont organisé un sit-in en début de match pour protester contre le nombre croissant de migrants tués lors de la traversée de la mer Egée. Vendredi 30 janvier, les joueurs d'AEL Larissa et Acharnaikos, deux clubs de deuxième division, se sont assis sur la pelouse du terrain de foot de Larissa et ont observé deux minutes de silence après le coup d'envoi.

Cette action de protestation a été menée "en mémoire des centaines d'enfants qui périssent chaque jour à cause de l'atroce apathie de l'UE et de la Turquie sur ce qui se passe dans la mer Egée", a fait savoir l'AEL.

200 morts pour le seul mois de janvier

Malgré les conditions hivernales et les restrictions imposées par certains pays européens, qui ont rétabli les contrôles à leurs frontières, les arrivées se sont poursuivies tout au long du mois de janvier, avec son lot de drame.

Au moins 33 migrants ont trouvé la mort samedi dans un nouveau naufrage en mer Egée, lorsque l'embarcation a chaviré. Ce nouveau drame s'ajoute aux naufrages successifs ces derniers jours, où 24 migrants dont dix enfants étaient morts noyés jeudi.

Au total, les arrivées de migrants par la Méditerranée en Europe se sont élevées à 46 240 depuis début janvier, dont 44 040 sont passées par la Grèce et 2 200 par l'Italie, selon le Haut commissariat des réfugiés des Nations unies. Deux cents personnes ont perdu la vie ou ont disparu durant ce voyage.

Un bateau transportant des migrants a fait aufrage en tentant de rejoindre l'île de Lesbos (Grèce), depuis la Turquie, provoquant la mort d'au moins 33 migrants, samedi 30 janvier 2016. 
Un bateau transportant des migrants a fait aufrage en tentant de rejoindre l'île de Lesbos (Grèce), depuis la Turquie, provoquant la mort d'au moins 33 migrants, samedi 30 janvier 2016.  (OZAN KOSE / AFP)