VIDEO. Crise des migrants : il faut "aider la Turquie financièrement", plaide Jean-Marc Ayrault

Alors que s'ouvre lundi le sommet UE-Turquie, le ministre des Affaires étrangères veut soutenir Ankara sur l'accueil des réfugiés, tout en demandant des contreparties.

Cette vidéo n'est plus disponible
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

A quelques heures du sommet Union européenne-Turquie, Jean-Marc Ayrault a affirmé, lundi 7 mars, qu'il fallait "un accord" avec Ankara, pour avancer sur le problème du flux de migrants qui fuient les pays en guerre au Moyen-Orient vers l'Europe. "On va aider la Turquie financièrement, parce qu'elle a besoin de moyens, a expliqué le ministre des Affaires étrangères sur France Inter. Elle fait beaucoup d'efforts, elle accueille, elle offre du travail aux réfugiés, elle permet à des enfants d'aller à l'école."

>>Suivez notre direct sur le sommet Union européenne-Turquie

"Les règles du jeu doivent être claires"

"Donc la solidarité entre les Européens est indispensable, mais elle doit l'être à l'égard de ses voisins, a exposé le chef de diplomatie française. En contrepartie, les règles du jeu doivent être claires : les réfugiés qui passent la frontière grecque, et qui ne répondent pas du droit d'asile, doivent être réadmis en Turquie."

Parallèlement à cet accord, la France doit faire plus dans sa politique d'accueil des demandeurs d'asile, reconnaît Jean-Marc Ayrault : "La France s'est engagée et veut rendre effectif cet accueil, puisqu'on avait prévu 30 000 [demandeurs d'asile accueillis] sur deux ans, mais on est à peine à 1 000 aujourd'hui, donc c'est sûr qu'il faut monter en puissance de façon extrêmement volontaire."

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, le 1er mars 2016 à Paris.
Le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, le 1er mars 2016 à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)