Vendée : mobilisation contre l'expulsion d'un Afghan passé par la jungle de Calais

France 3 a rencontré un jeune Afghan qui, après être passé par la jungle de Calais, s'est parfaitement intégré à la vie de Noirmoutiers (Vendée). Sous la menace d'une expulsion, il peut compter sur ses amis français qui se mobilisent.

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce jeune Afghan de 26 ans est sous la menace imminente d'une expulsion du territoire. Pourtant, il a décroché un contrat de travail en bonne et due forme : un emploi de maçon qui ferait bien l'affaire de cet entrepreneur vendéen qui insiste sur sa motivation. Après la jungle de Calais (Pas-de-Calais), Sifat est arrivé il y a six mois à Noirmoutiers (Vendée) et s'est fondu dans la population locale, notamment en pratiquant le badminton. "Il a des amis, une promesse d'embauche, il parle français, tout est réuni pour qu'il puisse rester en France", explique la vice-présidente du club.

Ses amis se mobilisent

Le retour au pays marquerait la fin d'un espoir : s'il rentre en Afghanistan, il pourrait être considéré comme un traître, et risquer la mort. À Noirmoutiers, ses amis se sont mobilisés pour empêcher l'irréparable : ils veulent que son dossier soit réétudié sérieusement après deux rejets de demande d'asile. La balle est désormais dans le camp de la préfecture : pour que tout rentre dans l'ordre, il suffirait d'appliquer la protection subsidiaire, la même procédure que pour les 7 autres migrants venus de Calais.

Le JT
Les autres sujets du JT
France 3 a rencontré un jeune afghan qui, après être passé par la jungle de Calais, s\'est parfaitement intégré à la vie de Noirmoutiers (Vendée). Sous la menace d\'une expulsion, il peut compter sur ses amis français qui se mobilisent.
France 3 a rencontré un jeune afghan qui, après être passé par la jungle de Calais, s'est parfaitement intégré à la vie de Noirmoutiers (Vendée). Sous la menace d'une expulsion, il peut compter sur ses amis français qui se mobilisent. (FRANCE 3)