Un artiste accroche la photo géante du naufrage d'une barque de migrants au bord de la Seine à Paris

Il s'agit d'une illusion d'optique qui n'a été affichée que quelques heures, pour alerter sur la situation des réfugiés qui se noient en traversant la mer Méditerranée.

La photo d\'un garde-côte italien réalisée le 25 mai 2016, qui a inspiré l\'artiste Pierre Delavie.
La photo d'un garde-côte italien réalisée le 25 mai 2016, qui a inspiré l'artiste Pierre Delavie. (MARINA MILITARE / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est un trompe-l'œil. Une bâche géante, avec la photo d'une cinquantaine de personnes sur une embarcation qui fait naufrage, a été accrochée sur le bord de la Seine, à Paris. Il s'agit d'une œuvre de l'artiste Pierre Delavie, un habitué des illusions d'optique, notamment auteur d'une photo trompe-l'œil exposée à la Conciergerie pendant la Nuit Blanche 2016 à Paris.

Elle a été exposée mercredi 11 janvier à l'occasion des vœux du Bureau d'accueil et d'accompagnement des migrants, devant l'île de la Cité.

Pierre Delavie a baptisé son œuvre Le radeau de Lampeduse. Une référence au Radeau de la Méduse, peint par Théodore Géricault. "C'est arrivé il y a 200 ans exactement", explique Pierre Delavie à Mashable.

"Je veux que les Parisiens se disent : 'Eux, c'est nous'"

Pour réaliser sa bâche, Pierre Delavie a repris la photo d'un garde-côte italien réalisée en mai 2016. "Je suis très touché par ce qui se passe en Méditerranée. J'ai vu cette photo à l'époque, je l'ai découpée et gardée avec moi", explique l'artiste à Mashable.

Il a ensuite pris des clichés de Parisiens, "pris au hasard", et les a introduits dans la photo. "Cette œuvre elle dit : ça se passe en Méditerranée. Mais en fait ça se passe juste à côté. J'ai rajouté des personnages dans cette œuvre qui sont nous, qui sont des Parisiens, pour dire eux c'est nous", détaille-t-il au Monde. "J'ai voulu mettre les habitants de la capitale face à eux-mêmes. Je veux qu'ils se disent : 'Eux, c'est nous'", précise-t-il au Figaro. Le quotidien indique Le Radeau de Lampeduse a déjà été retiré car il n'a pas reçu l'autorisation d'être exposé sur les bords de Seine.