Migrants : un afflux vers tous les ports de la côte d'Opale

Les migrants qui ont quitté Calais se sont éparpillés un peu partout sur le littoral normand. Ils n'ont pas abandonné leur rêve de départ vers l'Angleterre, mais savent qu'ils ne peuvent plus traverser la Manche depuis Calais.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Dans quelques heures, ils vont tenter de rejoindre l'Angleterre. Trois paires de chaussettes, deux pantalons, tout l'équipement indispensable contre les barbelés et le froid. "Il fait tellement froid la nuit, il gèle vous savez", explique un migrant sur le départ. Des scènes qu'on a l'habitude de voir à Calais, mais qui se répètent maintenant dans tous les ports de la côte comme ici à Caen près de Ouistreham.

Depuis le démantèlement de la jungle, le nombre de migrants a triplé

Un Iranien en France depuis six mois a déjà tenté sa chance plus de 50 fois. "De tout ça j'ai appris qu'il fallait essayer, essayer, essayer et peut-être qu'un jour ça marchera", explique le migrant. Depuis l'annonce du démantèlement de la "jungle", le nombre de migrants a triplé. Ils sont 80 dans ce hangar abandonné. 19h : l'heure du départ pour ces six Iraniens. Leur objectif : le ferry qui part de nuit pour Portsmouth. Sur les dunes, les policiers multiplient les rondes et les repèrent. L'accès devient de plus en plus difficile, car devant l'afflux de migrants, tous les ports de la côte ont renforcé leur sécurité. 

Le JT
Les autres sujets du JT
La "jungle", le camp de migrants de Calais (Pas-de-Calais), le 23 février 2016.
La "jungle", le camp de migrants de Calais (Pas-de-Calais), le 23 février 2016. (FRANCK DUBRAY / MAXPPP)